Les « cours à scrap » de plus en plus populaires

353
0
Partagez :
Le 21 septembre dernier, 832 véhicules remplissaient la cour de recyclage automobile au Kenny U-Pull de Saguenay. Photo : Abraham Santerre

Le 21 septembre dernier, 832 véhicules remplissaient la cour de recyclage automobile au Kenny U-Pull de Saguenay. Photo : Abraham Santerre

Le 1er septembre dernier, 59 personnes ont visité la cour de recyclage automobile de Kenny U-Pull, qui offre l’auto-cueillette, comparativement à 20 à la même date en 2021. La popularité des pièces usagées dans la région n’est pas étrangère à l’inflation. 

« Le coût de la vie est un facteur important pour lequel nous avons plus de clientèle, souligne le coordonnateur marketing chez Kenny U-Pull, Christophe Marchand. En vendant les pièces beaucoup moins chères, on vient régler un problème pour les gens. » 

Le directeur de la succursale Kenny-Pull de Saguenay, Claude Basque, pense que le bouche à oreille joue aussi pour beaucoup. « Avec Facebook et nos campagnes radio, les gens nous découvrent », mentionne-t-il. 

 Au Complexe Automobile St-Paul, à Chicoutimi, on observe aussi une hausse constante de la demande des pièces usagées. « Les véhicules usagés sont rendus vraiment chers, explique le responsable du centre de recyclage, Yvon Michaud. C’est surtout les particuliers qui passent pour réparer leur véhicule, ça affecte moins les garagistes. » À cette cour, les employés défont les pièces pour les clients. 

Répondre à la demande 

La cour du Kenny U-Pull de Saguenay contient entre 800 et 850 véhicules. Il faut être créatif pour garder ce nombre intact. « Si vous venez nous vendre votre véhicule, vous courrez la chance de gagner un gros lot de 10 000 $ », mentionne Claude Basque. La compagnie a aussi des acheteurs sur la route, ils vont rencontrer des concessionnaires automobiles, par exemple. 

Le libre-service est un modèle de fonctionnement unique aux cours Kenny U-Pull. « C’est le fun, la moitié du temps, je repars les mains vides, mais ce n’est pas grave, mentionne le client Anthony Vallée. J’ai déjà trouvé quelque chose pour mon miroir et ils m’ont chargé 2 $ à l’accueil. » 

Récupérer le plus possible 

Outre les composantes mécaniques, les cours de recyclage automobile récupèrent aussi certains fluides. « Le lave-vitre et le prestone, on va les récupérer, on va les revendre, explique Claude Basque chez Kenny U-Pull. On va faire la même chose avec les bons pneus et les batteries sont garanties deux ans. » Tous les liquides sont également récupérés au Complexe Automobile St-Paul pour les traiter de façon écologique. 

Partagez :
Avatar photo