REGARD de retour dans une ambiance festive

C’est dans une ambiance festive, avec le retour des activités en présence, que s’est amorcée la 26e édition du festival REGARD mercredi soir. Cinéphiles et invités ont pris part à un 5 à 7 en plein air afin de lancer l’événement qui promet une programmation chargée pour le reste de la semaine. 

La soirée a débuté avec un spectacle de la chanteuse folklorique, Sarah Dufour. Les gens pouvaient commander à manger et à boire au travers de sculptures de glace, se faire prendre en photo dans un décor printanier et acheter plusieurs souvenirs dans les différents kiosques présents. La compétition a débuté vers 19h, au Théatre Banque Nationale où deux blos ont été diffusés. La première soirée s’est terminée vers 23h au restaurant L’Gros Luxe, à Chicoutimi où organisateurs, cinéphiles et festivaliers de REGARD ont pu célébrer le début du festival.

Deux festivaliers dégustent la nouvelle bière REGARD assis sur une des sculptures de glace.
Photo : Frédérica Fortin-Foster

Pour la porte-parole de l’évènement, Charlotte Aubin, c’est une chance de se retrouver en personne pour célébrer ce festival, qui selon elle, est attendu avec impatience tout au long de l’année. « Je suis très excitée, après deux ans où tout le monde était chez soi à faire du télétravail et regarder un petit écran, tout le monde peut maintenant se retrouver et regarder des films sur un grand écran. Je suis très contente et émue d’être là. »

Jusqu’au 27 mars, la compétition d’envergure regroupera 166 courts métrages de partout sur la planète. Cette année, REGARD a choisi de mettre en avant plan les films jeunesses, un best of des films Ukrainiens, des films thématiques et certains films de genre tout en incluant ses activités traditionnelles dans la programmation. Des évènements extérieurs comme la pétanque, la cabane à sucre et plusieurs 5à7 seront accessibles aux festivaliers jusqu’à dimanche où les douze prix seront remis aux gagnants de cette 26eédition.

Ce sera le dernier festival pour sa directrice générale, Marie-Élaine Riou qui a annoncé sa démission plutôt durant les préparatifs. « Après 10 ans d’investissement dans ce festival, je souhaite continuer de contribuer à la vie culturelle au Saguenay-Lac-Saint-Jean, mais dans une autre sphère. »

Mme Riou quittera ses fonctions à l’automne pour de futurs projets qu’elle ignore encore. « Je ne viens pas de la région, mais c’est vraiment une région que j’ai apprise à connaitre et dont je suis rapidement tombé en amour au fil des années, c’est pourquoi j’ai l’intention de rester dans le domaine culturel, ici, au Saguenay », a-t-elle confié.

 

À propos de Frédérica Fortin Foster

Plus jeune, Frédérica rêvait de devenir comédienne. Sa passion pour le théâtre et l’animation lui auront permis d’acquérir de nombreux atouts en communication. Un peu plus tard, sa soif de justice et sa tête forte l’amèneront à avoir un fort intérêt pour le droit. C’est cependant dans le programme de journalisme qu’elle atterrira pour nourrir sa grande curiosité, son intérêt pour l’écriture et la communication orale. Originaire du pays des bleuets, plus précisément dans le secteur d'arvida, elle profite du paysage de sa région en pratiquant la course à pied en extérieur depuis quelques années. Son leadership peut, à première vue, sembler intimidant, mais la jeune femme sait mener ses projets à terme tout en restant fidèle à sa personnalité flamboyante et son côté sociable.

À voir aussi

District 31 : savoir tourner la page

C’est avec nostalgie et fierté que Jeff Boudreault et Maxime Villeneuve, deux Jeannois, ont fermé …