« Il faut normaliser le geste d’allaiter » – Karine Bélanger

312
0
Partagez :

Plus de 300 établissements affichent un autocollant de la route du lait sur leur porte d’entrée pour indiquer qu’ils accueillent les femmes allaitantes sans obligation d’achat. Photo : Triolait

 

La Semaine mondiale de l’allaitement maternel (SMAM) s’est déroulée du 1er au 7 octobre avec comme thème : « Go pour l’allaitement : Éduquer, promouvoir, soutenir ». À cette occasion des discussions, des rencontres et des activités ont été proposées pour sensibiliser sur le sujet. Bien que l’allaitement maternel soit autorisé dans les lieux publics, cette pratique est encore stigmatisée.

« Une femme peut allaiter où elle veut dans l’espace public. Des salles d’allaitement existent mais ce n’est pas une obligation pour la mère de les utiliser. C’est un choix si elle désire plus de confort », rappelle la directrice de l’organisme Triolait, Karine Bélanger.

Allaiter dans les espaces publics est protégé par la Charte des droits et libertés de la personne du Québec. D’ailleurs, l’Assemblée nationale a adopté en mars dernier, à l’unanimité, une motion rappelant ce droit.

Pourtant, l’allaitement maternel est encore stigmatisé. Des femmes reçoivent des commentaires et remarques désobligeantes ou bien des regards désapprobateurs quand elles allaitent, selon Karine Bélanger. « Il faut normaliser le geste d’allaiter. Tant qu’on va sexualiser les seins ou considérer que c’est mal, il y aura toujours des commentaires négatifs », ajoute-t-elle.

Pour déstigmatiser l’allaitement maternel, l’éducation et la sensibilisation sont les solutions pense la monitrice en allaitement de Ligue la Leche Jeanne Caron. « Les femmes qui allaitent ne doivent pas se cacher, ni le garder secret, mais plutôt en parler ouvertement. »

Maude Mathieu, maman de deux enfants, n’a jamais ressenti de jugements ou de regards négatifs lorsqu’elle a allaité dans des lieux publics. « J’ai plus reçu des commentaires positifs comme “ oh ! il est beau le petit bébé “ ou des sourires. Je pense que je l’ai toujours fait de manière discrète, je mettais un tablier donc ça passait plutôt bien », décrit-elle.

De son côté, Jeanne Caron a déjà reçu des regards réprobateurs. « J’allaitais dans les lieux publics sans gêne et sans couverture car je trouvais que c’était plus un embarras qu’autre chose », témoigne-t-elle.

 

Les bénéfices de l’allaitement

« On dirait que c’est ancré dans la pensée populaire que l’allaitement va se terminer quand la femme va retourner au travail. Pourtant, c’est de plus en plus commun que les femmes allaitent après la fin du congé maternité, mais ce n’est pas encore très bien accepté », a remarqué Jeanne Caron.

L’Organisation mondiale de la santé recommande l’allaitement maternel exclusif durant les six premiers mois de vie du bébé puis de continuer avec des aliments complémentaires jusqu’à l’âge de deux ans ou plus. « Le lait maternel s’adapte aux besoins du bébé. Il contient des anticorps et des nutriments. Il n’y a pas mieux pour alimenter le nourrisson », explique l’intervenante à la clinique Nourri-Source d’Alma, Marika P. Gauthier.

Partagez :