Programmes d’entraînement en ligne: popularité grandissante

Fini le temps des rencontres personnalisées entre clients et entraîneurs privés à la salle de sport. Depuis la pandémie, la vente de programmes d’entraînement en ligne est un phénomène à succès, autant pour les coachs que pour les consommateurs.

 

La pandémie et ses mesures sanitaires ont obligé les entraîneurs privés à se doter de nouvelles façons d’aider leurs clients par le biais d’Internet. De là est venue l’émergence des programmes d’entraînement en ligne pour atteindre un plus grand nombre de clients. « Notre mission c’est d’aider le plus de gens possible. Avec notre site et les réseaux sociaux, on a réussi à avoir des clients jusqu’en France ! C’est un grand travail de bouche à oreille pour se faire connaître dans la région du Saguenay », précise le fondateur de Training HB+, Halek Baptiste.

L’équipe de TrainingHB+ offre des services d’entraînement privé.
(Photo : Site Internet)

 

Certifié entraîneur privé à Saguenay, Charles-Philippe Bergeron a lui aussi pris goût aux programmes en ligne qui exige moins de temps et de discussions. « En présence, c’est bien moins payant et plus demandant. Tout le temps que tu dois donner aux clients pour créer un lien, donner des conseils et faire des démonstrations, tu perds de l’argent. Le temps, ça un plafond, mais dans la vente en ligne tu n’as pas de plafond. Tu as un potentiel infini », mentionne Charles-Philippe Bergeron.

Entraineur privé à Saguenay, Charles-Philippe Bergeron, vend ses programmes d’entrainement en ligne.
(Photo : Charles-Philippe Bergeron)

La différence est frappante : vendre des programmes d’entraînements en ligne, c’estcomme devenir administrateur d’entreprise. Charles-Philippe explique que cela demande de bonnes techniques de persuasion en marketing pour convaincre que son concept est le meilleur. « Tu dois avoir un public cible, être différent pour te démarquer. Tu n’es pas comme Amazon, c’est trop large. Tu dois être spécialisé », énonce le coach en ligne, qui s’est tourné vers la vente de programmes anglophones.

 

Toutefois, créer un site Internet engendre plusieurs dépenses :  programmation, achat d’une publicité, création d’une adresse électronique et d’une adresse courriel professionnelle, achat d’un correcteur en ligne et d’une plaque d’entreprise. Cependant, les dépenses sont comblées rapidement. « Comme dans tous les business, tu dois prendre le risque de mettre un premier 150 dollars ou 1500 dollars. Pas rentable sur le coup, après ça vient payant », indique Charles-Philippe Bergeron.

 

 

À propos de Laurence Morin

Avatar photo
Toujours à la recherche de nouveaux défis, ce n’est pas un cinq heures de route pour réaliser ses rêves qui arrête Laurence. Originaire de Lanaudière, celle-ci débarque en ATM à Jonquière avec une idée en tête : être journaliste à la télévision. Débordante d’énergie, curieuse et passionnée, Laurence n’abandonnera jamais avant de trouver les réponses à ses questions. Grande communicatrice dans l’âme et amoureuse de nouvelles rencontres, elle accorde une grande importance à la liberté d’expression et recherche toujours l’opinion des gens qu’elles côtoient. La Lanaudoise croque dans la vie à pleines dents, elle est passionnée par tout ce qui l’entoure, cherche toujours à développer de nouveaux intérêts et rêve de voyager partout à travers le monde. Que ce soit journaliste d’enquête, journaliste sportive ou même à l’international, Laurence a une grande volonté à relever de nouveaux défis pour sortir de sa zone de confort.

À voir aussi

Fin de semaine de prévention pour les motoneigistes

  Luc Tardif du SPS accompagné de la sergente  Nathalie Girard de la SQ. (Photos …