Deux médailles pour un nageur hors de l’ordinaire

Le nageur Lucas Landry est le premier athlète au Saguenay-Lac-Saint-Jean, toutes catégories confondues, à remporter deux médailles de bronze lors des Jeux du Canada.  

Âgé de 18 ans, Lucas Landry n’a pas eu un parcours classique pour un athlète en para natation en raison de sa déficience intellectuelle. 

C’était pour que Lucas ait une vie sociale comme tout le monde que son père l’a inscrit dans plusieurs équipes sportives comme le hockey et la natation. Aujourd’hui, le jeune homme est comme les autres, à la recherche de valeurs humaines et d’amitié.

Lucas Landry arborant fièrement son ruban de la première place à la compétition régionale de natation, du Saguenay-Lac-Saint-Jean. (Photo Jade Giovane)

La dynamique dans l’équipe n’a pas toujours été évidente. L’entraineur Charles-Olivier Huapaya-Proulx indique que « les jeunes avec qui il s’entraine sont parfois réticents à l’idée de partager leur couloir avec lui. Moi, je leur fais comprendre qu’il fait partie du groupe comme tout le monde. Rapidement, ils s’aperçoivent qu’il n’y a pas de problème. » 

Le jeune athlète a aussi besoin de plus d’attention de la part de son entraineur, mais au fil du temps celui-ci a réussi à s’adapter aux difficultés du jeune nageur. 

Il affirme que l’avoir dans l’équipe représente un atout magnifique.  

« Il responsabilise les gens avec qui il se trouve. Les jeunes qui interagissent avec lui sont amenés à changer leur état d’esprit. J’ai vu un nageur de l’équipe agir comme un enfant toute sa vie. Je n’avais jamais vu ça, mais, quand il est avec Lucas, c’est la personne la plus responsable », partage-t-il.  

Nager avec monsieur et madame tout le monde 

Lucas nage depuis qu’il est tout jeune avec des athlètes sans handicap, ce qui était un réel désavantage pour lui lors des compétitions.  

C’est son entraineur qui a proposé de l’inscrire dans la catégorie paranatation, un mois avant les sélections des Jeux du Québec de 2022.   

Un changement qui a fait toute la différence dans sa carrière de nageur.  

« C’est là que les gens autour, peut-être même ceux qui riaient de lui quand il était plus jeune, ont fini par prendre conscience que Lucas était vraiment bon. Mais il faut réaliser qu’il fait partie des cinq meilleurs dans sa catégorie », confie l’entraineur.  

La piscine du cégep de Jonquière, où il vient s’entrainer, étant membre du Club de natation de Jonquière (CNJO). (Photo Jade Giovane)

Il ajoute que Lucas se démarque par son talent. Il commence à réaliser par lui-même qu’il a du potentiel, vu qu’il progresse plus rapidement.  

Lucas est un jeune homme de peu de mots, mais à la question; es-tu fier de ce que tu as accompli, il n’hésite pas à répondre un oui franc et massif.  

À propos de Jade Giovane

Avatar photo
Rendre accessible l’information pour tous et vulgariser les enjeux nationaux ont toujours été les objectifs de Jade Giovane. C’est au secondaire qu’elle a fait la découverte de Charles Villa, un Grand Reporter. Grâce à lui, elle a réalisé qu’elle aussi souhaite pratiquer ce métier à l’international. Elle a donc quitté Saint-Bruno de Montarville pour la première destination vers son métier de rêve : le programme de journalisme de l’École supérieure en art et technologie des médias. En plus d’être pétillante, déterminée en plus d'être persévérante, elle s’implique au sein du conseil étudiant d’ATM. Jade se donne tous les moyens pour réussir ce qu’elle entreprend. Après son escale en ATM, cette Franco-Italienne partira faire le tour du monde pour ajouter à son carnet plusieurs contacts et vivre dans le feu de l’actualité internationale. Si elle atterrit de nouveau au Québec, ce sera pour réaliser des études en histoire féministe, en langue et politique internationale.

À voir aussi

Fin de semaine de prévention pour les motoneigistes

  Luc Tardif du SPS accompagné de la sergente  Nathalie Girard de la SQ. (Photos …