Dons de cellules souches : la communauté étudiante visée

La communauté collégiale et universitaire est visée par une campagne de sensibilisation aux dons de cellules souches d’Héma-Québec. L’objectif est d’augmenter le nombre de donneurs au registre parmi cette clientèle qui est en meilleure position pour répondre aux critères.

La camionnette d’Héma-Québec distribuait des boissons chaudes gratuitement aux étudiants qui désiraient s’informer.

« Pour être donneur, ça prend trois conditions : il faut être âgé entre 18 et 35 ans, il faut être en bonne santé et il faut avoir envie de donner », énumère la porte-parole d’Héma-Québec, Josée Larivée. Pour inciter les jeunes à s’inscrire, un camion de l’organisme était récemment de passage dans les différents cégeps de la région et l’université, dans le cadre de sa campagne.

« Je me suis dit que c’était une très belle opportunité pour aider certaines personnes dans le besoin », raconte une jeune étudiante nouvellement inscrite au registre de donneurs, Naomie Sévigny. Elle a profité de la présence de l’organisme en région pour s’informer sur les cellules souches, un sujet peu abordé selon elle. « Je trouve que les dons de sang c’est plus médiatisé, mais les dons de cellules souches je pense qu’on en parle moins et je trouve ça quand même important d’en parler ».

Qu’est-ce qu’une cellule souche?

D’après Héma-Québec, les cellules souches se trouvent « dans la moelle osseuse, la circulation sanguine périphérique et le cordon ombilical ». Pour les personnes malades dans le besoin, les greffes de cellules souches sont souvent leur seule et dernière chance de survie.

Pour effectuer une greffe de cellules souches, deux options sont envisageables : par injection en prélevant les cellules souches périphériques (dans la circulation sanguine) ou par anesthésie générale en prélevant les cellules situées dans la moelle osseuse. Ces deux opérations nécessitent quelques heures seulement et sont effectués dans un centre hospitalier accessible au donneur. L’opération pour le patient greffé a lieu entre 24 et 48 heures après le don.

Au Québec, ce sont près de 53 000 personnes qui sont inscrites au registre de donneur de l’organisme qui fait partie du réseau mondial de la World Marrow Donor Association (WMDA). La compatibilité entre un patient et un donneur est rare et les conditions d’admissibilités sont contraignantes.

Avec la pandémie, le recrutement auprès des jeunes pour les dons a été plus complexe. « L’école en présentiel s’est arrêtée pendant deux années et Héma-Québec n’est pas allé sur les campus, les campus ont été désertés. Résultat, on observe une grande baisse d’étudiants qui viennent donner soit du sang, soit du plasma ou des cellules souches », rapporte Josée Larivée.

Sentiment de culpabilité

« C’est très accessible de sauver la vie de quelqu’un en s’inscrivant au registre de donneur de cellules souches », explique la porte-parole. Toutefois, elle tient à rappeler que les jeunes ne doivent pas se culpabiliser de ne pas être inscrit au registre, et ce, même s’ils sont en bonne santé « l’important, c’est d’être conscientisé ».

À propos de Ariane Emond

Avatar photo
Originaire de la région de Laval, Ariane Emond est une grande passionnée d’actualité. De l’environnement jusqu’au monde du sport en passant par la politique, la culture et les voyages, son esprit curieux et sa grande écoute lui permettent d’être ouverte sur le monde. Depuis qu’elle est toute jeune, Ariane souhaite faire sa place dans le monde du sport. Son voyage à travers l’Europe cet été, lui a confirmé sa passion pour la découverte de nouvelles cultures. Pleine d’énergie, la jeune journaliste s’est impliquée au sein du web magazine La Cerise, un journal étudiant. Toujours prête à apporter de nouvelles idées, Ariane considère qu’il lui en reste beaucoup à apprendre. Cette future journaliste travaillante se donne à 100% dans tout ce quel entreprend. Positive, déterminée et réfléchie, Ariane est prête à faire sa place dans le monde des médias.

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …