C’est encore loin d’être terminé pour l’ERD, assure Marc Bouchard

242
0
Partagez :

Marc Bouchard a été très émotif au moment  de prendre la parole et de livrer son discours (Photo : Mickaël Meunier)

Les membres et administrateurs de l’Équipe du renouveau démocratique (ERD) ont réitéré, à l’unisson, que le parti municipal avait encore sa place sur l’échiquier politique en vue du prochain scrutin de 2025. C’est devant à peine une dizaine de membres au Montagnais samedi lors de l’assemblée générale annuelle de l’ERD que Marc Bouchard a porté ce message. 

Sur un total de 233 membres en règle, à peine une dizaine étaient au rendez-vous annuel du parti si l’on exclut ceux qui figuraient sur l’exécutif. Cette faible participation dans les rangs de l’ERD avait d’ailleurs fait l’objet d’une importante remise en question en juin dernier.  

« Avec le résultat de 2021, après la défaite, on a pris le temps de réfléchir à l’avenir du parti et à sa pertinence, même jusqu’à savoir s’il avait raison d’exister. Au terme de cette réflexion-là, on en est venu au consensus qu’on avait toujours notre place », a raconté le président de l’ERD, André Brassard-Aubin. 

Le parti tenait samedi son assemblée générale annuelle avec l’objectif d’y présenter un plan d’action pour les trois prochaines années, soit de 2022 à 2025. Cinq grands axes de mobilisation ont été définis et présentés. L’ERD souhaite entres autres revoir les fondements de son parti ainsi que d’en augmenter les adhésions.  

« On a perdu beaucoup de membres depuis 2020, c’est en chute libre. Il y a beaucoup de travail à faire de ce côté-là et je dois avouer que ça m’inquiète beaucoup », a lancé un membre en se présentant au micro. 

La formation politique qui comptait 526 membres en 2020 et 459 en 2021 a connu sa pire décroissance alors que seulement 263 citoyens l’appuient encore. Le bilan financier, quant à lui, malgré la baisse notable des cartes de membre, se porte bien. 

« C’est primordial la santé financière d’un parti à l’approche d’une campagne électorale et le nôtre est très bien positionné en ce moment de ce côté-là. Pour ce qui est de l’engouement maintenant, on a du travail à faire » – Marc Bouchard

Une révision de l’image et du nom du parti est sur la table pour 2023, un comité se penchera sur la question dès janvier. Le souci de renouer et de renouveler le contact avec les citoyens a aussi été abordé. 

« On va s’assurer de valider l’opinion de nos membres, mais aussi de comprendre la raison du départ d’anciens membres. Ça va être crucial d’améliorer la visibilité du parti et de développer davantage la communication avec la population », a avancé l’une des membres du conseil d’administration, Josée Gaudreault. 

Partagez :