Lier Sarajevo et l’Ukraine à la façon Danielle Dubé

La première de couverture de Les anges de Sarajevo. (Photo : courtoisie)

C’est avec la main sur le cœur que la femme de lettres Danielle Dubé a publié son nouveau roman intitulé Les anges de Sarajevo. Après dix ans de préparation, son livre, en librairies depuis le 29 novembre, est dédié d’une certaine façon au président ukrainien, Volodymyr Zelensky  

Ancienne journaliste et enseignante en journalisme au Cégep de Jonquière, la native de Métis-sur-Mer demeure toujours proche de l’actualité.  

Au travers de son tout récent voyage littéraire, elle raconte la mésaventure de Christiane, une reporter qui a vécu l’enfer à Sarajevo lors du conflit armé international de 1992 à 1995. Elle lie ses évènements du passé à l’enfer des Ukrainiens actuellement.  

 « Dans un contexte de guerre comme ça, il y a beaucoup de choses horribles. Mais je veux aussi répandre de l’espoir et de l’amour. Je veux traduire l’atmosphère vécue dans le passé. C’est ce genre d’aspect que je pouvais moins développer avec le journalisme », explique la romancière bien connue pour son livre à succès Les olives noires.   

 Ce nouvel ouvrage de Danielle Dubé, publié aux Éditions de la Pleine Lune, voit le jour après avoir mijoté pendant dix ans. Afin d’être informée sur les moindres détails de l’époque, la dame de 78 ans a parlé à de nombreux historiens et de témoins.  

Voyage et réalité 

 Danielle Dubé est une voyageuse dans l’âme. Après avoir quitté le nid familial, elle a parcouru les différentes régions du Québec pour s’arrêter à Saint-Henri-de-Taillon. Dans ses œuvres, le lecteur voit du pays tout autant qu’elle en a parcouru, que ce soit en Espagne (Les olives noires), à Kyoto (Ciel de Kyoto) ou même la région saguenéenne (Le bonheur est dans le fjord et Le tour du Lac en 21 jours).  

 « Je veux traduire le monde avec la réalité telle qu’elle est, souligne-t-elle avec un large sourire. Je pense que nous avons plusieurs vies dans une seule vie, mais je veux continuer à embrasser l’ensemble de l’humanité. » 

 Après avoir lancé son nouveau livre le 8 décembre à Chicoutimi, elle tiendra un autre lancement le 15 décembre à Montréal. Une suite est d’ailleurs en voie de se concrétiser.  

Un livre sur un de ses derniers voyages à Marrakech, au Maroc, est également dans les cartons.  

À propos de Nickolas Bergeron

Avatar photo
Polyvalence est le mot d’ordre chez Nickolas Bergeron. Élevé à Farnham, il y a découvert la passion du journalisme en secondaire 3 grâce à son enseignante de français. À 19 ans, il a déjà accumulé une tonne d’expérience dans le domaine. Il couvre les activités des Saguenéens de Chicoutimi pour le Journal de Québec depuis le printemps 2022, sans oublier sa contribution au balado de tennis, Sur la ligne. Au printemps 2021, il crée la page Facebook Le Commun Sportif, qui se spécialise dans l’information rapide des faits saillants du monde sportif. Même s’il s’épanouit dans le sport, Nickolas ne s’impose aucune limite. Il a justement profité de sa polyvalence lors de l’été 2022 à La Voix de l’Est. Avec le quotidien de Granby, il a couvert la justice et les faits divers. Nickolas est un passionné des mots. Cette passion lui permet de se démarquer à l’écrit. Rien ne l’arrête. S’il a un projet en tête, il se réalisera, grâce à sa polyvalence et son amour du journalisme. C’est ce qui le pousse à avancer : faire ce qu’il aime. Et comme le dit le dicton : « Choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie. »

À voir aussi

Exposition de Chantale Boulianne: l’art pour se reconstruire

Après avoir perdu un proche lors d’un brutal accident de la route, l’artiste Chantale Boulianne …