Un nid douillet pour artistes populaires

La scène du Café du Clocher, qui accueillera encore 120 artistes et/ou groupes d’ici la fin de l’année. (Photo : Sara-Léa Bouchard)

 

Les diffuseurs et propriétaires de bars et spectacles du Saguenay Lac-Saint-Jean ont fait évoluer leurs façons de recevoir les gros noms de la musique en région. Un accueil chaleureux et la proximité du réseau culturel font partie des facteurs influents.  

 

Il ne s’agit pas seulement d’un coup de chance si des artistes populaires comme Safia Nolin, Lucien Francoeur ou Lydia Képinski viennent jouer quelques-uns de leur plus gros succès dans la région. Toutefois, selon le propriétaire du bar spectacle Le Café du Clocher d’Alma, Sam Gingras, il n’y a pas de recette à proprement parler.

« S’il y en avait une, tout le monde la suivrait! Ça fait vingt ans que le Café du Clocher existe. Ça fait vingt ans que les gens sont bien reçus. C’est un petit milieu, la scène plus underground, même dans le plus connu aussi. Reste que tout le monde se parle. Ils savent où jouer et où ne pas jouer. »

L’équipe du nouveau bar spectacle La Nuit des Temps de Chicoutimi, quant à elle, procède à aller « tout de suite chercher les gros noms », pour leur programmation.

Le propriétaire du bar, Alexandre Bédard, explique que « le Saguenay est une plaque tournante pour les tournées de spectacle. C’est comme coudre une courte-pointe. Nous essayons d’avoir des artistes populaires pour le référencement. De cette manière, nous avons plus de chance que ces artistes-là viennent vers nous plus d’une fois. »

Pour ces propriétaires, le fait que leurs bars soient en région n’a pas d’incidence sur la décision que va prendre l’artiste ou le groupe.

C’est ce qu’explique M. Bédard. « Quand un artiste plus connu part en tournée et que le Saguenay est sur sa trajectoire, on essaie de l’avoir. C’est certain aussi qu’il y a une curiosité chez l’artiste à venir performer ici, quand le public est plus petit et qu’il y a beaucoup d’endroits à visiter. »

Une autre manière de faire

Plusieurs détenteurs de bars ou diffuseurs font appel à l’évènement RIDEAU, pour entrer en relation avec des diffuseurs professionnels.

À l’intérieur de la salle de la Boite à Bleuets, durant un spectacle. (Photo : Courtoisie)

 

C’est le cas de la Boîte à Bleuets d’Alma, salle de type cabaret, qui est régie par Ville d’Alma Spectacle. Une stratégie que la coordonnatrice arts et culture Janie Maltais et son équipe ont adopté avant de confirmer un spectacle de Louis-Jean Cormier en mai 2023.

« En concertation avec les différents diffuseurs, on se parle régulièrement pour connaitre les routes que vont emprunter différents artistes. Donc, si un artiste fait son spectacle à Chicoutimi, après ça on essaie de plus en plus de l’avoir à Alma pour qu’il termine à Dolbeau-Mistassini. Et pourquoi le faire revenir plusieurs fois dans l’année, quand on peut l’avoir pendant une fin de semaine complète dans trois villes différentes au Saguenay-Lac-Saint-Jean ».

À propos de Sara-Léa Bouchard

Originaire du Lac St-Jean, Sara-Léa Bouchard a trouvé sa place en Art et technologie des médias. L’écriture a toujours été omniprésente dans sa vie. En 2016, elle publiait son premier livre Le mystérieux bracelet, suivi du tome 2 en 2018, Dans l’ombre de la faille avec les Éditions Première Chance. L’an dernier, elle était co-directrice du Webmagazine La Cerise, un journal pour les étudiants du Cégep de Jonquière. Elle a légué son expérience à la relève. Elle souhaite tailler sa place dans le journalisme en y ajoutant sa plume et sa couleur. « Le journalisme est parfois gris et fade », pense-t-elle. Son objectif est donc de le faire rayonner davantage. Ambitieuse et talentueuse, Sara a un penchant pour la nouveauté et l’innovation.

À voir aussi

Exposition de Chantale Boulianne: l’art pour se reconstruire

Après avoir perdu un proche lors d’un brutal accident de la route, l’artiste Chantale Boulianne …