Les dangers d’une utilisation abusive

222
0
Partagez :

Les SARM vendent le rêve : augmentation de la force, de la testostérone, une meilleure synthèse de protéines et une meilleure récupération. Néanmoins, les consommateurs ont tendance à les utiliser de façon abusive et c’est là que se trouve le danger.

Les stéroïdes sont des composés naturels que le corps fabrique tous les jours, par exemple la testostérone. Cependant, excéder le taux d’androgène pour augmenter sa masse musculaire peut causer des effets dangereux pour la santé. « Il n’y a rien sur Terre qui n’est pas chimique. Tout ce qu’on ingère, ce qu’on mange, respire, c’est chimique. La nature même du produit n’est pas dangereuse, mais c’est l’excès de l’utilisation de la molécule qui donne les problèmes de santé », mentionne un professeur de chimie des produits naturels à l’Université du Québec à Chicoutimi, Serge Lavoie.

La liste d’effets secondaires est longue à la prise des SARM, mais le manque de documentation sur le sujet est encore plus problématique. « La pression artérielle augmente, ce qui peut causer des crises de cœur. Le taux d’hémoglobine augmente, ce qui peut déboucher à un AVC. Le taux d’enzymes hépatiques est en jeu, ce qui peut fissurer le foie ou donner le cancer. C’est comme prendre de la boisson ou fumer, il y a toujours un risque, mais c’est dans l’utilisation que les effets secondaires vont arriver », indique un préparateur physique à Saguenay et consommateur de stéroïdes depuis ses 18 ans qui souhaite rester anonyme.

Les SARM sont prévus pour des cycles de 6 à 12 semaines. Sachant que ce sont des modulateurs d’androgène qui modifient une cellule neuve, la réaction avec le produit à la première utilisation est à sa plus haute intensité. Cependant, plus le corps en ingère, moins la masse musculaire prend de l’ampleur. Ainsi, plusieurs blessures sont possibles. « Je me suis déchiré le ménisque du genou à cause des SARM. Mon muscle a grossi très rapidement, mais mes tendons et tout ce qui tient autour n’ont pas grossi en retour. Le produit a trop choqué mon muscle, mais mon tendon n’était plus capable d’avancer normalement. J’ai mis trop lourd au squat et mon ménisque a déchiré complètement. J’ai arrêté les SARM et je ne peux plus faire de sport pendant trois mois », partage un jeune homme de Jonquière qui a requis l’anonymat.

Il existe plusieurs sortes de SARM. Le MK677 et le RAD140 en font partie.
(Photo : courtoisie)

Le professeur de chimie à l’UQAC Serge Lavoie tient à rappeler que les stéroïdes sont des vraies molécules de pharmacie. Ils ne sont pas néfastes s’ils sont utilisés pour des raisons médicales. « Le surplus d’hormones mène à un débalancement. Comme n’importe quel métabolite à l’intérieur du corps humain, à la minute qu’on augmente trop sa concentration avec un apport externe, il y a un risque. C’est encore plus dangereux si la source a été volée ou fabriquée dans des laboratoires illégaux, parce que la qualité n’y est plus », confirme le professeur de chimie des produits naturels à l’UQAC.

Partagez :