Le chien-robot Spot en mode séduction

255
0
Partagez :
L’équipe Osedea était de passage au COlab d’Alma pour présenter le chien-robot Spot à des entrepreneurs de la région. Photo : Kevin Duquette-Goulet

L’équipe Osedea était de passage au COlab d’Alma pour présenter le chien-robot Spot à des entrepreneurs de la région. Photo : Kevin Duquette-Goulet

Le chien-robot Spot, développé par l’entreprise américaine Boston Dynamics, a été présenté dans les bureaux du COlab d’Alma, mardi après-midi. L’entreprise Osedea, partenaire du fabricant américain, s’est déplacée dans la région pour faire une courte présentation à des entrepreneurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

C’est lors d’un dîner-conférence, organisé par le COlab d’Alma, qu’Osedea a pu montrer à plusieurs entrepreneurs les prouesses et capacités du chien-robot Spot.

« On a des discussions depuis plusieurs mois avec Osedea, explique la responsable des communications du COlab, Lydia Lévesque. La relation qu’on a avec eux est très fluide et ce qu’ils font avec Spot vient nous rejoindre beaucoup. »

Spot est un robot qui se démarque des autres avec ses quatre pattes, ce qui lui permet de se déplacer à peu près partout. Il peut aussi monter et descendre des escaliers, ce qui le distingue des autres types de robots actuellement sur le marché. Un engin comme Spot se détaille à 250 000 $.

L’utilité principale du chien-robot est tout d’abord de collecter des données, dans le but de les colliger et d’en permettre l’analyse. Osedea présente Spot comme étant une solution en constante évolution, qui peut et qui va varier d’une entreprise à l’autre.

L’innovation en région

Osedea veut faire voir le chien-robot en vue de l’implanter dans les entreprises et industries d’ici. L’organisation constate que le Saguenay-Lac-Saint-Jean est un grand marché pour les technologies reliées à l’intelligence artificielle. Elle considère cependant que la région est en retard en comparaison avec d’autres endroits au Québec.

« Pour expliquer notre intention, je reprends une expression, c’est de venir faire des petits, précise le chargé au développement des affaires chez Osedea, Charles Ste-Marie. On veut venir ici, voir des entreprises. Il y en avait beaucoup qui étaient intéressés à voir le robot. La mise en relation avec le COlab a permis d’avoir le vecteur de toutes ces entreprises-là, à la même place. »

Osedea se considère davantage dans un processus d’éducation que dans une démarche de déploiement à grande échelle. M. Ste-Marie veut que les entrepreneurs ne craignent pas d’intégrer ce genre de technologies d’intelligence artificielle au sein de leurs entreprises.

Partagez :