Les étudiants se mobilisent pour la rémunération des stages

298
0
Partagez :

La journée 10 novembre marquait la journée internationale des stagiaires (Crédit Photo : Olivier Bonjour)

Quelques centaines d’étudiants étaient réunis vendredi matin à Chicoutimi pour manifester. Ceux-ci réclamaient une rémunération des stages collégiaux et universitaires.

Quelques jours après les enseignants, c’était au tour des étudiants de protester dans le but d’améliorer leurs conditions. Les élèves des Cégeps de Jonquière et de Chicoutimi étaient invités à se joindre à l’UQAC dans le but de faire une grande marche jusqu’au bureau de la ministre responsable de la région Andrée Laforest, pour faire valoir leur mécontentement.

Le fait que les stages ne soient pas rémunérés pour la grande majorité tracasse plusieurs jeunes adultes qui étaient présents. « Au Québec en 2023, encore 84% des stages au niveau collégial et universitaire ne sont pas rémunérés et ça pour nous, c’est un non-sens », a mentionné le président et porte-parole de l’Association générale des étudiants du Cégep de Chicoutimi, Jacob Parisée.

La responsable à la mobilisation du Cégep de Jonquière Léa Massé, quant à elle, mentionnait que l’inflation ajoutait un autre défi pour les étudiants « On se retrouve avec la précarité étudiante pire que jamais. C’est difficile de payer son loyer avec l’inflation actuellement. Les étudiants en ont juste trop. »

La suite d’une longue bataille ?

Il ne s’agit pas de la première manifestation du genre. L’an passé, à pareille date, plusieurs jeunes étaient rassemblés dans le but de se faire entendre. Jacob Parisée semblait bien confiant que cette autre manifestation ajoute un poids de plus aux arguments déjà présentés. « On voit qu’on se fait écouter, on voit qu’il y a un momentum, maintenant, on attend que la CAQ fasse des actions beaucoup plus concrètes, c’est à dire rémunérer les stages. »

Pour l’occasion de la journée internationale des stagiaires, les Cégep de Jonquière et de Chicoutimi ont déclaré la levée des cours, tôt en matinée, dans le but de permettre aux jeunes d’aller protester. D’autres manifestations pourraient avoir lieu prochainement dépendamment de la réaction du gouvernement.

Partagez :
Avatar photo