Jonquière touché de plein fouet par l’itinérance

263
0
Partagez :

L’itinérance est de plus en plus présente à Jonquière alors que La Pige a constaté la présence d’une dizaine de sans-abri dans quelques secteurs de l’arrondissement cette semaine.

L’itinérance était souvent observée sous forme cachée par le passé. De nombreuses personnes à la rue se promenaient d’une maison à l’autre dans le but de trouver le moyen de passer leur nuit. Cependant, depuis peu, plusieurs se résignent à dormir dehors.

Il y avait déjà une maison pour sans-abri à Chicoutimi, mais voilà que Roberval et Alma en construiront également une dans leur ville, mais rien à Jonquière pour le moment. Pourtant, le nombre de personnes à la rue dans le secteur augmente depuis quelques années. « Actuellement, on voit beaucoup d’itinérance visible. On en voit davantage, on voit plus de gens qui quêtent dans le secteur, on voit plus de gens qui dorment à l’extérieur, plusieurs nouveaux visages », explique la coordonnatrice à l’intervention du Patro de Jonquière, Vanessa Gravel.

Les travailleuses de rues du Patro de Jonquière seraient bien contentes de pouvoir compter sur une maison pour sans-abri ici à Jonquière. « Pour Jonquière, avoir quelque chose de plus petit, un refuge, avoir une halte chaleur, c’est quelque chose qui serait très pratique », explique Mme Gravel.

Peu d’itinérants ont accepté de se confier à nous. Ceux qui ont témoigné souhaiteraient eux aussi des mesures d’aides concrètes. « Faudrait qu’il y ait plus de mesures pour nous aider nous » a mentionné une itinérante. « Peut-être un jour ça serait le fun qu’il se passe quelque chose pour se réintégrer dans la société », a ajouté un homme sans domicile fixe depuis deux ans.

De son côté, Ville de Saguenay ne compte pas aller de l’avant pour le moment dans le projet. « Ce n’est pas sur notre table à dessin et dans nos discussions », a mentionné le président de l’arrondissement de Jonquière, Carl Dufour.

Chicoutimi devient porte de secours

En l’absence d’espace dédié spécialement à eux, plusieurs bifurquent vers la nouvelle maison pour sans-abri de Chicoutimi, réaménagée en août dernier. « Les gens en situation d’itinérance se promènent, on a des gens de La Baie qui y vont et plusieurs de Jonquière », mentionne Vanessa Gravel. Certains prennent cependant la décision de rester ici parfois souvent par amour pour leur ville natale.

Partagez :
Avatar photo