Des salles à manger inclusives chez St-Hubert

123
0
Partagez :

La chaîne de rôtisseries St-Hubert accueille dans quelques-uns de ses établissements, chaque dimanche après-midi des personnes ayant un trouble du spectre de l’autisme ainsi que leur famille pour un repas dans un environnement adapté à leurs besoins.

Grâce à une collaboration avec la fondation St-Hubert, la Fondation À Pas de Géant et la Fondation Autiste et majeur plusieurs familles peuvent vivre l’expérience du restaurant, souvent pour la première fois.  Dans la région, le St-Hubert de Jonquière et le St-Hubert de Chicoutimi participent à cette initiative.

« Nous on a commencé à faire ça, parce qu’on trouvait ça intéressant pour les familles. Il y en a plusieurs qui ne sont jamais allées au restaurant avec leurs enfants, soit parce qu’ils n’osent pas, soit parce qu’ils ne veulent pas déranger ou encore qu’ils craignent des situations embarrassantes », explique le franchisé de St-Hubert de Jonquière Stéphane Laforge.

Stéphanie Imbault, mère d’une fille de 5 ans qui a le trouble du spectre de l’autisme, a adoré son expérience. « Je le recommande à tout le monde qui est dans la même situation que moi. On a quelques fois de la difficulté avec notre fille quand il y a trop de bruit, trop de monde, trop de stimuli et là c’était tellement bien organisé. On voit qu’ils savaient comment s’y prendre. Les employés se sont adaptés tout comme l’environnement. »

Un environnement favorable

Lors de ces après-midis inclusifs, St-Hubert met à disposition des trousses adaptées contenant des casques réducteurs de bruit et des sacs de billes sensoriels, des éléments qui permettent aux personnes autistes de mieux gérer les stimulations qui sont souvent amplifiées dans de grands espaces publics comme des restaurants.

« Quand ils viennent manger, c’est sûr que l’ambiance est différente. On diminue beaucoup l’intensité des lumières, on diminue également la musique et surtout le personnel a été formé par la Fondation À Pas de Géant », raconte M. Laforge.

La Fondation St-Hubert offre également sur leur site web une visite virtuelle d’une rôtisserie typique, ce qui permet aux familles de visualiser ce qui les attend pour briser l’inconnu.

Une préparation importante

Pour permettre cette expérience aux personnes autistes et leurs familles, les restaurants St-Hubert doivent suivre un processus précis pour s’assurer que les employés sont prêts et que l’environnement est convenable.

« Pour le moment, on a douze St-Hubert qui y participent. Je ne vous cacherai pas que notre objectif est que tous les établissements le fassent. Cependant, cela prend beaucoup de temps, on y va un restaurant à la fois. On s’assure que les employés reçoivent une formation de quelques capsules en ligne, que l’environnement est adéquat, on choisit quelques espaces dont on sait qui pourrait bien les accueillir. On veut bien faire les choses », mentionne la directrice de la fondation St-Hubert Josée Vaillancourt.

« On le voit que le personnel est vraiment bien formé. Ils portent vraiment une attention particulière à ne pas agresser la personne, à la servir assez rapidement, à adapter aussi leur approche par rapport au niveau de la famille et de leur interaction », explique la mère Stéphanie Imbault.

Une sensibilisation nécessaire

Bien que ces dimanches après-midi soient adaptés pour les autistes, la clientèle neurotypique est également invitée à venir manger. Pour eux, ça peut être un moment idéal pour s’informer sur le sujet.

« Ce qui est intéressant, c’est que les gens sont au courant qu’on accueille une clientèle avec des différences. Ils sont extrêmement tolérants et surtout fiers qu’on fasse cette initiative. On fait aussi de la sensibilisation à nos clients. À chaque table, nous distribuons une feuille explicative, alors c’est très éducatif pour eux aussi », raconte Stéphane Forget.

Partagez :