On n’entend plus jouer les enfants | Les relations parentales à l’honneur

Relations mère-fils et père-fils sont à l’honneur dans le récit en abyme On n’entend plus jouer les enfants. L’auteur du roman, Allen Côté, en a fait le lancement mardi à la Bibliothèque de Jonquière devant lecteurs et amis après trois ans de travail.

 Le roman raconte l’histoire d’un auteur de séries noires qui fait face à un blocage en raison d’une femme. Celle-ci, dans la trentaine, demande alors au personnage principal, dans la cinquantaine, d’avoir un enfant avec lui. L’auteur devra donc mettre son huitième ouvrage en chantier et tenter de s’assurer d’être un bon père. Il fera, tout au long de l’histoire, des retours dans l’enfance qu’il a vécue pour prendre la bonne décision.

Allen Côté a fait le lancement de son 3e livre à la Bibliothèque de Jonquière mardi soir.

Allen Côté a trouvé son inspiration au tournant de la cinquantaine. «Je n’ai pas d’enfants et au tournant de la cinquantaine je me suis demandé ce que j’aurais fait dans cette situation, mentionne l’auteur. C’est une situation de plus en plus fréquente de nos jours, les gens devraient donc s’identifier à cette histoire.»

L’écrivain en est à son troisième roman, mais, selon lui, c’est son dernier ouvrage qui aura le plus de succès. Depuis son association avec APÉditeur et Annika Parance, le romancier est plus en confiance avec ce qu’il écrit. «Mes deux premiers romans n’avaient pas connu un grand succès, mais avec Annika j’ai confiance», mentionne Allen Côté.

Coup de cœur

 Pour Annika Parance, le livre d’Allen Côté est un véritable coup de cœur. «Il n’y a rien de spectaculaire dans le roman et c’est ce qui est intéressant, a dit l’éditrice lors du lancement du roman. Allen réussit à garder captifs ses lecteurs dans ce livre.» La maison d’édition APÉditeur,qui fête cette année son 5e anniversaire, souhaiterait aussi republier le premier roman de Côté, La ruelle au fond du cœur, après avoir obtenu les droits pour le faire.

 

 

À propos de William Tremblay

Passionné de sport depuis qu’il est né, William Tremblay a toujours voulu travailler dans le domaine des médias. Âgé de 19 ans, William n’a jamais fait douter son entourage quant à ses choix de carrière. Le Cégep de Jonquière était donc la place de prédilection pour ce jeune homme. Originaire de Varennes, William a plongé dans l’aventure jonquiéroise comme les Oréos plongent dans un verre de lait. Avec une mère qui a étudié elle aussi en ATM et qui travaille au Réseau Des Sports (RDS), il était évident que son choix s’arrêterait sur les sports et les médias. Fan des Canadiens et de l’Impact de Montréal, Willi Sport fait honneur à ce surnom. « Grand » joueur de hockey et de soccer, William ne rate jamais une occasion de parler sport et c’est pour ces raisons que son but est d’un jour se retrouver devant une caméra de RDS. Il adore aussi jouer des parties de NHL 17 avec ses amis mettant en vedette les équipes les plus loufoques. William repartira du royaume saguenéen avec des souvenirs mémorables vécus lors de ses trois années et des rencontres inoubliables.

À voir aussi

COVID-19: les secrets d’un tournage sécuritaire

Grâce au travail acharné des producteurs et des réalisateurs, aucune éclosion ne s’est produite dans …