Coop La Solidarité | Loge m’entraide lance un dernier cri

Loge m’entraide a organisé un tintamarre pacifique pour une dernière fois avant le départ du maire Jean Tremblay, afin d’obtenir une aide financière pour le projet de la Coopérative d’habitation La Solidarité. L’action collective s’est déroulée mardi après-midi devant et à l’intérieur de l’hôtel de ville de Chicoutimi.

Les militants entrant dans l’hôtel de ville sous le tintamarre de chants, de cloches et de tambour.

La contribution municipale de 71 300 $ sur 10 ans servirait à la construction de 12 logements sociaux dans le secteur de Kénogami. Un rabais de taxes de 25 ans fait aussi partie de la demande. Le maire Jean Tremblay doit se prononcer d’ici le 5 octobre pour voter une résolution municipale en faveur ou non au projet.

La coordonnatrice de Loge m’entraide, Sonia Côté, accompagnée d’une vingtaine de manifestants, menait le tintamarre pacifique avec des chants et des cloches. Depuis 2013, l’organisme demande au maire une contribution financière pour loger dignement les locataires appauvris de Jonquière. La 11e action collective était la dernière adressée au maire actuel.

Loge m’entraide a rencontré les candidats à la mairie de Saguenay pour faire valoir cinq engagements électoraux, dont celui d’offrir de l’aide pour le projet de la Coop La Solidarité. Cependant, Sonia Côté veut que la résolution soit acceptée par Jean Tremblay avant qu’il quitte son poste. «On ne souhaite pas que ça devienne un enjeu électoral. On veut sauver le projet avant le déclenchement de la campagne électorale», mentionne-t-elle.

Le 6 octobre, Loge m’entraide saura si elle doit se tourner vers les candidats à la mairie ou si le projet prendra naissance.

À propos de Camille Lacroix

Magogoise qui se nourrit de toute l’information qui l’entoure, Camille Lacroix laisse tomber sa coquille dès qu’on l’approche. L’actualité alimente son quotidien depuis qu’elle sait lire. Toujours prête pour l’aventure, elle sort de son confort pour voyager ou pour essayer de nouvelles choses. Elle a toujours en main des billets pour un spectacle à venir pour satisfaire son côté groupie refoulé. Camille a pu porter fièrement le chandail des Gaillards pendant deux ans lorsqu’elle a intégré l’équipe de cross-country. Elle adore le plein air tant pour la course, le vélo et le hiking. Elle souhaite d’ailleurs intégrer cette passion dans une future carrière en journalisme. Ayant une fervente détermination pour informer la population que ce soit par la télévision, la presse ou la radio, la journaliste en elle n’attend que de sortir. Une chose est sûre, sa curiosité va lui donner du fil à retordre afin d’arrêter son choix pour des études supérieures.

À voir aussi

ATM devient l’École supérieure en Art et technologie des médias

Grâce à un investissement de plus de cinq millions $ sur 10 ans du gouvernement du Québec, le Cégep …