dimanche , 24 janvier 2021

Salles de toilettes unisexes | Une préoccupation pour les cégeps

Tous les cégeps de la région possèdent au moins une salle de toilettes unisexe. Ils répondent donc à des préoccupations exprimées par la sexologue Isabelle Borduas d’avoir de telles installations «pour le bien-être de tous».

Selon Mme Borduas, il faut considérer ce sujet, car «ce n’est pas tout le monde qui est cisgenre», soit un individu qui possède un genre correspondant à son sexe. Dans l’article «Intersexes: ne pas avoir le droit de dire ce que l’on ne nous a pas dit que nous étions», publié en 2008 dans la revue Nouvelles Questions Féministes, l’auteur Vincent Guillot rappelle que les non-cisgenres représentent 10% de la population.

Le directeur des affaires étudiantes du Cégep de Jonquière, Dave McMullen. se positionne favorable concernant ces types d’installations. Dans ce collège, deux salles de toilettes unisexes existent, soit celles réservées aux employés ou aux besoins spécifiques et celles ouvertes à tous.

La sexologue trifluvienne dénonce justement le «piège» des toilettes réservées. Selon elle, cela peut engendrer une stigmatisation si les élèves sont contraints de passer par une demande pour obtenir une clé. «Les trans seront obligés de s’afficher alors que l’objectif est de leur enlever un poids sur les épaules», a précisé Mme Borduas.

Du côté du Cégep de Saint-Félicien, aucun pictogramme n’est affiché sur les portes des toilettes unisexes et aucune demande pour y accéder n’est nécessaire, tout comme aux cégeps d’Alma et de Chicoutimi.

Rénovations

Le Cégep de Chicoutimi ne tient pas nécessairement compte de cette réalité lorsqu’il rénove ses salles de bains. «Aucun ajout ne sera réalisé si nous ne recevons pas de demandes», affirme le directeur des affaires corporatives et communautaires, Éric Émond, malgré tout très ouvert. Le directeur général du Cégep de Saint-Félicien, Gilles Lapointe, abonde en ce sens.

«Je connais de jeunes enfants qui se retiennent d’aller au petit coin toute la journée. Ils refusent de se positionner par peur de jugement, alors ils s’empêchent, raconte Mme Borduas. Par exemple, certains ne veulent pas se changer devant les autres dans un cours d’éducation physique. Ils se sentent différents et ils pensent que ça se voit», a informé la dame. Ce phénomène représente celui de la dysphorie, soit celui de l’anxiété liée à une insatisfaction psychique.

À propos de Zoé Le Gallic-Massie

Zoé Le Gallic-Massie est une friande d’aventures. Étant nomade, il est plutôt difficile d’identifier son lieu d’origine, car elle provient d’une famille éclatée aux quatre coins du Québec. Comme elle aime croquer à pleines dents dans la vie, elle a commencé à rédiger un blogue quand elle a voyagé en Amérique centrale. Ensuite, elle s’est retrouvée tout bonnement comme recherchiste au Global Welcome Centre à l’Université de Winnipeg pour aider les immigrants sur leur nouvelle terre d’accueil. Après sa deuxième session, elle a envoyé son curriculum vitae un peu partout au Québec, et la Télévision de Charlevoix Ouest est finalement l’endroit où elle a atterri ! Enfin, elle aime comprendre les différents univers des gens pour en apprendre le plus possible sur les réalités vécues sur cette planète terre …

À voir aussi

ATM devient l’École supérieure en Art et technologie des médias

Grâce à un investissement de plus de cinq millions $ sur 10 ans du gouvernement du Québec, le Cégep …