Accueil / Actualités / Recherche sur le cerveau et la musique | Des étudiants en neuropsychologie recrutent des participants
Recherche sur le cerveau et la musique

Des étudiants en neuropsychologie recrutent des participants

Des recherches sur l’effet de la musique sur le cerveau humain sont présentement en cours à l’Université de Québec à Chicoutimi (UQAC). Deux étudiants au doctorat en neuropsychologie, Élisabeth Gauthier et Pier-Yves Girard, sont actuellement en processus de recrutement pour le projet.

 

Durant l’étude, les étudiants compareront les cerveaux de 108 personnes, issues de trois groupes bien distincts. Le premier regroupera des personnes n’ayant pas de trouble au niveau du développement, le deuxième ayant un trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/TDAH) et finalement le troisième avec un trouble de dyslexie.

Les participants seront soumis à différentes tâches de mémoire, d’autres demandant une certaine attention et des capacités un peu plus abstraites. Au cours des différents tests, de la musique, des bruits blancs (bruit de neige dans la télévision) et des moments de silence seront diffusés aux cobayes. L’expérience a une durée d’environ deux heures et se déroule individuellement. «Ce qu’on veut voir, c’est comment les gens réagissent avec les différentes stimulations et conditions auditives et à quel point c’est différent d’un groupe à l’autre», explique Pier-Yves Girard.

 

Les recherches se font en collaboration avec le Laboratoire international de recherche sur le cerveau, la musique et le son (BRAMS). L’établissement de recherche situé à Montréal étudie l’impact de la musique sur le côté neurologique de l’être humain.

 

Le projet a piqué la curiosité de Pier-Yves Girard qui joue de la musique professionnellement et Élisabeth Gauthier qui a toujours eu un intérêt marqué pour la musique. «On se demande aussi ce que la musique peut faire sur notre cerveau. C’est en regardant les étudiants qui écoutent de la musique en étudiant qu’on s’est demandé si ça les aide vraiment ou si ça leur nuit», témoigne Élisabeth Gauthier.

 

 

Pour participer à l’étude, il faut être un étudiant au niveau collégial ou universitaire, ou sinon avoir étudié dans l’un de ces deux établissements, être âgé maximalement de 40 ans et n’avoir aucune formation professionnelle en musique.

 

Les gens intéressés a participer ou qui veulent plus d’information peuvent communiquer par couriel au megane. gauthier1@uqac.ca ou par téléphone au 418-545-5011 poste 4202.

À propos de Alexandra Morin

Curieuse dans l’âme, Alexandra adore savoir le fond de l’histoire. Le journalisme est pour elle, une façon de faire sa petite enquête. Originaire de Donnacona, elle n’a qu’un rêve, découvrir. Passionnée de musique, elle adore connaitre de nouveaux talents d’ici. La musique francophone est pour Alexandra, une partie importante de la culture québécoise. Aujourd’hui à l’âge de 19 ans, elle regarde derrière elle et est fière du chemin parcouru. La petite fille timide et réservée de l’époque a grandi et s’est épanouie. À l’époque, le sport, l’animation d’évènement et le travail avec des jeunes polyhandicapés lui on permit d’évoluer. Toujours prête à relever de nouveaux défis, Alexandra trouvera toujours la façon de se dépasser. La troisième année du programme signifie pour elle le début d’une nouvelle aventure.

À voir aussi

Sujets sensibles : les journalistes doivent être prudents

Certains médias minimisent les risques de traiter les sujets sensibles avec sensationnalisme. Le poids des …