jeudi , 21 novembre 2019
Accueil / Non classé / La nouvelle loi sur les sièges d’appoint fait le bonheur

La nouvelle loi sur les sièges d’appoint fait le bonheur

Les familles dont les enfants sont touchés par la réglementation devront acheter un nouveau siège d’auto qui avait été enlevé.
Crédit: Maëlie Perreault-Lajoie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La nouvelle mesure sur les sièges d’appoint fait le bonheur de nombreux parents.

En vigueur depuis le 18 avril, elle oblige les enfants mesurant moins de 145 cm ou âgés de neuf ans et moins à s’asseoir sur un siège d’auto.

Jacynthe Lavoie, qui est mère de trois enfants de sept ans, quatre ans et un an approuve cette règle. «Je suis en accord avec cette nouvelle réglementation. Les enfants sont mieux protégés dans leur siège d’auto lors d’un accident de la route. Donc, plus longtemps ils y restent, mieux c’est pour leur sécurité», a-t-elle affirmé.

Le siège d’appoint donne de la hauteur à l’enfant pour que la ceinture appuie sur l’épaule et les hanches, soit les endroits recommandés par la SAAQ pour que l’enfant soit  installé de façon sécuritaire en voiture.

«J’imagine que c’est appuyé sur des études pour voir jusqu’à quel âge, jusqu’à quelle taille et jusqu’à quel poids le banc était nécessaire pour assurer la sécurité des enfants», a ajouté Cléo Samson dont les enfants avaient arrêtés de s’asseoir dans des sièges d’appoint, mais qui devront de nouveau les utiliser.

Les familles dont les enfants sont touchés par la réglementation devront soit acheter un nouveau siège ou réinstaller le siège d’auto qui avait été enlevé.

Une mesure tout de même nécessaire

Les deux mères perçoivent tout de même cette situation d’une manière optimiste.

Mme Samson souligne que des familles retirent le siège d’auto, parce que leurs enfants se considèrent comme assez grands pour ne plus utiliser le banc d’appoint.

«Le fait de faire passer une règle pousse les parents à obliger les enfants de rester dans le banc d’auto. Je pense que c’est une bonne chose», a-t-elle dit.

Jacynthe Lavoie estime que la nouvelle mesure est justifiée, car encore beaucoup d’enfants sont victimes d’accidents routiers.

Le bilan routier 2017 de Services Québec rapporte que 1 159 enfants ont été impliqués dans des accidents, alors qu’ils étaient dans une voiture et 508 d’entre eux étaient âgés de zéro à quatre ans et 651 de cinq à neuf ans.

À propos de Maëlie Perreault Lajoie

Maëlie a quitté la ville de Baie-Comeau pour étudier en journalisme au Cégep de Jonquière, dans le but de connaitre tous les éléments du métier de recherchiste. Elle a d'ailleurs travaillé au sein du Réseau des Organismes de Lac-Kénogami afin de faire de la recherche sur l'histoire de la chapelle Saint-Cyriac. Elle est passionnée par l'histoire des civilisations anciennes et la littérature. Maëlie est une personne qui aime garder un mode de vie sain, actif et stable.

À voir aussi

Récréations de 20 minutes | Enseignants et élèves mettent des bémols

La nouvelle réglementation obligeant deux périodes de récréation de 20 minutes par jour ne semble …