mercredi , 1 décembre 2021

Pêche blanche : un engouement très fort pour la saison à venir

La saison de pêche blanche se déroule habituellement de janvier à mars. L’an passé, le début de celle-ci avait été reporté en raison de l’instabilité des glaces.   Crédit photo : Simon Villeneuve

 

En seulement quelques heures, 91% des espaces de pêche blanche disponibles pour les villages de l’Anse-à-Benjamin et de Grande-Baie ont été réservés. La possibilité d’ajouter des terrains supplémentaires est évaluée.  Une nouvelle qui satisfait le directeur général de Contact Nature, Marc-André Galbrand.  

Mardi dernier dès midi, les pêcheurs ont pu choisir leurs emplacements pour la saison de pêche blanche à venir. « La journée s’est bien déroulée, il y a eu un engouement très très fort, en près d’une demi-heure il n’y avait déjà plus de terrain disponible pour le secteur aux poissons de fond. Pour celui de l’éperlan, il y a eu beaucoup de réservations aussi, […] mais il reste un peu plus de cent terrains », mentionne M. Galbrand. Chaque année, l’organisation dont il est en charge s’occupe de A à Z des villages de pêche blanche de La Baie. Cela implique la gestion de la réservation, de l’aménagement, de l’analyse des glaces et du déneigement. 

Comme l’un des secteurs est déjà complet et que ces chiffres représentent une augmentation par rapport à l’an passé, Contact Nature va évaluer la possibilité d’ajouter une rue dans l’emplacement dédié à la pêche aux poissons de fond. « On a une tendance un peu plus élevée que l’an passé, il est encore tôt pour faire une comparaison exacte, mais pour l’instant il y a un très fort emballement, c’est certain. » Plus de 900 personnes au total ont réservé pour 2022 jusqu’à présent. Parmi celle-ci, 620 avaient pris le même emplacement que l’an dernier lors de la période de renouvellement le 31 octobre. Ce sont donc 60 % des terrains qui avaient déjà été repris le mois dernier. 

Le directeur général explique aussi que sa clientèle ne semble pas avoir été dérangée par le dernier hiver mouvementé. Les mesures sanitaires étaient très incertaines et l’épaisseur de la glace obligatoire difficile à atteindre. « Les gens se sont habitués aux mesures sanitaires et pour le niveau de la glace, les gens font confiance à Contact Nature. Les personnes savent donc que nous allons ouvrir seulement si c’est sécuritaire », témoigne M. Galbrand. 

Celui-ci explique aussi que Contact Nature a plusieurs projets à venir. Des activités et des festivités seront au menu. « On est vraiment très content de voir l’enthousiasme des gens pour la saison à venir. » 

 

À propos de Élodie Drolet

Élodie est une jeune femme déterminée, sociable, créative et travaillante. Elle est très fière d’être originaire de la colorée, dynamique et magnifique ville de Québec. C’est d’ailleurs cet environnement stimulant qui l’a poussée à développer et nourrir sa grande curiosité. Élodie adore se renseigner et discuter de sujets comme la technologie, l’histoire, les sports, les enjeux sociaux, la politique, l’environnement, la culture et les voyages. Pendant son parcours scolaire, elle en a profité pour apprendre l’anglais, s’impliquer dans divers projets entrepreneuriaux et surtout partir en Thaïlande et en Europe. Ce sont ces deux expériences d’indépendance qui l’ont motivée à faire le grand saut et à déménager seule au Saguenay pour les études supérieures. Cette jeune femme ambitieuse sait se démarquer par ses idées créatives, sa débrouillardise et son leadership peu importe le milieu.

À voir aussi

Nez rouge Saguenay : un premier week-end réussi

L’opération Nez rouge de Saguenay a repris du service vendredi et samedi soir derniers, après un an d’arrêt. Plus …