mercredi , 17 août 2022

Programme de radio en ATM | Une multitude de possibilités

Depuis 50 ans, la formation de radio en ATM au Cégep de Jonquière évolue constamment afin d’offrir la meilleure formation possible aux étudiants. Avec l’arrivée de l’émetteur FM au début des années 2000 ainsi que la mise sur pied du projet étudiant Class Radio, le programme a su rester l’un des plus convoités. 

Ce programme offre une multitude de compétences aux étudiants qui ont choisi cette branche d’ATM. En plus d’assimiler le métier d’animateur à la radio, ils apprennent à être producteurs, c’est-à-dire à maîtriser tout ce qui se passe derrière la console, surtout la mise en ondes d’émissions. De plus, grâce à un cours de troisième année, les jeunes finissants pourront être des journalistes à la radio. Finalement, les finissants en radio pourront aussi œuvrer en tant que vendeurs de pub de la station ainsi qu’agent de promotion.

Selon l’enseignante de radio, Annie Maltais, c’est l’arrivée de l’émetteur FM qui a permis au programme d’acquérir beaucoup plus de crédibilité. «L’émetteur FM a permis aux étudiants de se sentir écoutés et de ne pas avoir l’impression de travailler pour rien», affirme-t-elle. L’enseignant retraité, Marc Bégin, abonde dans ce sens. Il croit que c’est un ajout extrêmement bénéfique pour les élèves. «Le fait d’être capable de diffuser un produit et être capable de l’envoyer en ondes aide grandement à la motivation des élèves et donne une responsabilité supérieure à l’étudiant, ce qui est très bien», explique-t-il.

Class Radio a été un autre tournant qui a marqué la longévité de ce programme et qui a permis aux étudiants d’avoir une formation encore plus complète. Ce projet a été mis sur pied en 2006 et a pour but de donner encore plus de compétences aux élèves puisqu’ils peuvent voir comment ça se passe dans une vraie station de radio. «Notre formation est basée sur un principe, la polyvalence. Class Radio permet aux élèves de toucher à tout et de devenir plus compétents», ajoute Annie Maltais.

À propos de Marie-Michèle Coutu

Kingsey Falloise d’origine, mais maintenant Drummondvilloise et Victoriavilloise à ses heures, Marie-Michèle Coutu a quitté son petit nid familial pour venir s’installer à Jonquière il y a maintenant deux ans avec un seul but en tête : travailler à RDS. Curieuse, passionnée, fonceuse et avec un certain (très fort) caractère, cette jeune femme de 20 ans à un intérêt pour le monde des médias depuis qu’elle a vu œuvrer Chantal Macchabée à RDS. Fan des Canadiens depuis sa tendre enfance, petite joueuse de soccer (elle mesure juste 5 pieds 3) et amatrice incontestable de la sauce à spaghetti de sa mère, Marie-Michèle n’a pas surpris son entourage lorsqu’elle leur a annoncé qu’elle quittait la maison pour étudier en journalisme de l’autre côté du Parc des Laurentides. Globetrotteuse lorsque les finances lui permettent et joueuse de bowling extraordinaire, Marie-Michèle n’est pas seulement passionnée du sport, mais aussi tout ce qui touche l’actualité internationale ainsi que canadienne. Son plus grand rêve serait de couvrir les Raptors de Toronto (NBA), mais pour une chaîne sportive francophone.

À voir aussi

Le bracelet antirapprochement attendu impatiemment

Alors que les 16 premiers bracelets antirapprochements seront utilisés à Québec dans les cas de …