Bourses et stages aux étudiants en génie civil et en métallurgie | Le Cégep de Chicoutimi s’associe à Réfraco

214
0
Partagez :

Le Cégep de Chicoutimi s’est associé  à l’entreprise régionale Réfraco pour offrir des bourses d’études et un emploi rémunéré aux futurs étudiants des programmes de génie civil et de métallurgie. Les détails de l’entente ont été dévoilés mardi matin en conférence de presse.

Les candidats sélectionnés pour la bourse Technicien en route vers l’expertise se verront rembourser la plupart de leurs dépenses. Cela inclut les frais de scolarité, les volumes, le matériel scolaire, l’équipement de sécurité obligatoire, un ordinateur portable et, si applicable, un remboursement d’une partie des frais de subsistance pouvant aller jusqu’à 3000 $ par année.

En échange, les étudiants s’engagent à travailler à temps partiel pendant les sessions scolaires et à temps plein pendant les semaines de congé d’été. Cela représente un revenu approximatif de 15 000 $.

«Nous pensons qu’avoir une stabilité d’emplois pendant et après leurs études fera en sorte qu’ils [les étudiants] ne quittent pas notre belle région», a indiqué le directeur général de Réfraco, Jean-Benoit Pineault.

Pour maintenir la bourse, ils devront réussir au moins 80 % des cours du programme et obtenir leur DEC en un maximum de quatre ans.

Finalement, une fois le diplôme obtenu, les candidats s’engageront à travailler pour au minimum le nombre d’années étudiées pour l’entreprise. Comptant plus de 300 employés, Réfraco fournit principalement des services d’installation de matériaux réfractaire pour les fours d’aluminium de première et deuxième transformation.

Campagne publicitaire

Lors de la même annonce, les deux entités sur place ont annoncé un partenariat publicitaire commun de 15 000 $.

«La campagne a pour objectif de faire la promotion des métiers en lien avec le génie civil et la métallurgie, a précisé le directeur général du Cégep de Chicoutimi André Gobeil. On cherche à aller convaincre les étudiants qui auraient un intérêt pour ces métiers-là de venir étudier ici».

M. Pineault et M. Gobeil espèrent ainsi contrer en partie la rareté de la main-d’œuvre qui frappe de plein fouet certaines entreprises de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Pour ce faire, il est primordial selon eux de garder les travailleurs dans la région.

Le Cégep de Chicoutimi indique travailler sur plusieurs autres ententes du même genre avec des entreprises et organisations de la région, mais sans donner plus de détails.

Partagez :