Débat à l’UQAC | L’éducation fait lever le ton

276
0
Partagez :

Le sujet de l’éducation a fait lever le ton entre les candidats de Chicoutimi qui ont participé au débat organisé par les associations étudiantes des sciences humaines de l’Université du Québec à Chicoutimi.

(Photo: Cédric Ouellet)

La soirée, segmentée en trois parties, a débuté avec une question en lien avec l’éducation. Chaque candidat avait deux minutes pour faire valoir sa vision des choses, pour ensuite débattre l’un avec l’autre. L’actuelle députée de Chicoutimi, Mireille Jean, a été la plus agressive dans ce segment, en attaquant la candidate libérale Marie-Josée Morency sur les coupes budgétaires qu’a effectuées son parti durant leur dernier mandat.

Les candidats du Parti vert du Québec, Tommy Philippe, et de Québec solidaire, Pierre Dostie, ont affirmé quant à eux, leur désir de voir la gratuité scolaire pour tous. «Chaque personne devrait avoir les mêmes chances d’avoir accès à l’éducation et non seulement les plus riches», affirme Tommy Philippe.

Un débat respectueux

À l’exception du volet éducation, le reste du débat a été plutôt tranquille. Chacun a proposé son plan d’action sur différents sujets abordés tels que les Premières Nations ou encore le rôle de l’État dans les services sociaux sans que ceci suscite un réel débat animé. En environnement, le projet Énergie Saguenay visant à importer du gaz naturel provenant du gaz de schiste de l’Alberta et du Nord des États-Unis a divisé les candidats.

D’un côté, Québec solidaire ainsi que le Parti vert du Québec s’opposent grandement à ce projet. À l’opposé, la libérale ainsi que Andrée Laforest de la Coalition avenir Québec (CAQ) sont toutes deux d’accord avec ce projet, estimant qu’il allait créer de l’emploi dans la région.

L’importance de voter

Si les six candidats non pas toujours été d’accord l’un avec l’autre durant le débat, ils s’accordent tous à dire que le 1eroctobre prochain, il est important que la population exerce son droit de vote. La députée sortante Mireille Jean a d’ailleurs tenu à souligner un point important. «Les jeunes de 18 à 39 ans ont un rôle à jouer lors des prochaines élections, puisque pour la première fois, ils ont le même poids que les baby-boomers.»

 

Partagez :