COVID-19 au Saguenay–Lac-Saint-Jean : le pire à venir

212
0
Partagez :

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean n’est qu’à l’aube de la tempête. Selon le ministre de la Santé et des Services sociaux Christian Dubé,  la centaine de cas quotidiennement enregistrée, depuis une semaine, n’est que l’ombre de ce qui s’en vient. Une augmentation de cas, d’ici les prochains jours, est à venir dans la région.

Les enquêtes épidémiologiques ont permis de confirmer qu’il y a un certain relâchement au sein de la population, ce qui explique en partie l’augmentation des cas dans la région, selon la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec, Andrée Laforest.

photo: iheartradio.ca

Situation préoccupante dans le système de la santé

Le système de la santé du Saguenay–Lac-Saint-Jean est grandement touché par la COVID-19. Il est difficile de contrôler l’éclosion à l’Hôpital d’Alma qui compte 119 cas actifs ainsi qu’à l’Hôpital de Chicoutimi qui en compte 111. Le CHSLD Jacques-Cartier situé à Chicoutimi et Isidore-Gauthier à Alma sont particulièrement touchés avec respectivement 82 et 70 cas.

La région n’a pas d’aide de personnel provenant de l’extérieur de la région. Cependant, il pourrait éventuellement y avoir du renfort en provenance de Québec afin d’épauler le système fragilisé. « On est chanceux que Québec se soit amélioré parce que la région qui peut donner un coup de main au Saguenay–Lac-Saint-Jean est Québec », explique Christian Dubé. Il ajoute cependant qu’il ne faut pas que la population se fie là-dessus, car Québec pourrait ravoir besoin de ses effectifs dans un futur proche.

Les écoles de la région ne sont pas épargnées

Plus d’une quarantaine d’écoles sont touchées par la COVID-19 dans la région, cependant Christian Dubé a tenu à rassurer la population, « les écoles resteront ouvertes », a-t-il dit. L’école primaire Marguerite-Belley de Jonquière était la seule temporairement fermée. Toutefois, le Centre de services scolaire des Rives-du-Saguenay a pris la décision de fermer l’école secondaire Charles-Gravel ainsi que l’école Notre-Dame-du-Rosaire, dès mardi matin.

Partagez :