Bell Cause : le Cégep de Jonquière s’engage dans la discussion

Le Cégep de Jonquière veut engager les discussions concernant la santé mentale. En plus de la campagne de la Journée Bell Cause pour la cause qui se tient jeudi à travers le pays, l’établissement scolaire souhaite promouvoir les services qui sont offerts aux étudiants.  

Dès 7h30, du personnel de l’école se trouvera dans les entrées des trois pavillons principaux ainsi que des résidences du Cégep afin d’offrir des petites douceurs aux étudiants. « De 7h30 à 9h, on va accueillir les étudiants avec des petites récompenses réconfortantes et du matériel promotionnel de la Journée Bell Cause pour la cause », a mentionné une travailleuse sociale du Cégep de Jonquière, Fannie Girard. Berlingots de lait et Timbits seront au rendez-vous alors que le Cégep a dû adapter ses idées aux conditions actuelles pour diminuer les contacts le plus possible.  

« Les objectifs de la journée sont de promouvoir la santé mentale, solliciter des discussions sur le sujet, enlever les tabous et promouvoir les services offerts par le Cégep en santé mentale », a souligné Mme Girard. Comme plus de 200 autres établissements d’enseignement postsecondaire à travers le Québec, le Cégep de Jonquière bénéficiera d’une trousse numérique qui permettra aux étudiants de participer à la discussion. 

La trousse contient des cartons en forme de bulles sur lesquels les étudiants pourront écrire ce que signifie la santé mentale pour eux. Ceux-ci pourront aussi prendre des photos dans un kiosque de photos virtuel qu’ils pourront partager sur les réseaux sociaux avec le #BellCause. Le Cégep de Jonquière compte créer une mosaïque avec les photos qui seront prises dans le cadre de la campagne. 

 Initiative plus importante que jamais 

 Partout dans la province, la campagne Bell Cause pour la cause est saluée cette année plus que jamais. La pandémie n’étant pas des plus faciles pour tous, la mobilisation pour la santé mentale prend tout son sens. Le Cégep de Jonquière ne fait pas exception. « Les étudiants relèvent des défis énormes et on veut leur dire à quel point on est fiers qu’ils soient encore sur les bancs d’école alors qu’on sait que ça leur prend encore plus d’énergie de s’engager dans leurs cours en ligne », a conclu Mme Girard.  

Vous pouvez encourager la cause sur les réseaux sociaux avec le #BellCause, par appels et messages textes ainsi qu’en vous joignant à la conversation sur la santé mentale.  

À propos de Anick Berger

Anick Berger est une apprentie-journaliste de 20 ans qui semble bien plus jeune que son âge. Toutefois, de son petit corps ressort de fortes ambitions. Partie du tout petit village de Saint-Eugène-de-Ladrière dans le Bas-Saint-Laurent, la jeune femme étudie au Cégep de Jonquière en cultivant l’espoir d’un jour faire dire à ses parents : « Regarde c’est ma fille ça! » Passionnée de hockey depuis les premiers tournois de son père auxquels elle a pu assister, elle vient à Jonquière avec l’intention de devenir journaliste sportive. Alors que couvrir la Ligue de hockey junior majeur du Québec à la télévision pour une chaîne de sport demeure son rêve le plus fou, elle garde l’esprit ouvert, car elle adore en apprendre toujours plus sur l’actualité et tout ce qui s’y rattache. Directrice des communications, journaliste et gestionnaire des médias sociaux pour les Élites de Jonquière ainsi que pigiste à la couverture des Saguenéens de Chicoutimi pour le Journal de Québec, elle poursuit son rêve sourire aux lèvres, blague sur le bout de la langue et détermination dans les yeux.

À voir aussi

Le bracelet antirapprochement attendu impatiemment

Alors que les 16 premiers bracelets antirapprochements seront utilisés à Québec dans les cas de …