Zoo sauvage de Saint-Félicien : 50 % moins de visiteurs

406
0
Partagez :

BDV : La directrice générale du Zoo sauvage de Saint-Félicien, Lauraine Gagnon, a présenté le bilan annuel du parc animalier par visioconférence, ce mardi à 9h.

Cette année, le Zoo sauvage de Saint-Félicien a accueilli 50 % moins de visiteurs que lors de la période 2019-2020 et les retombées économiques ne sont pas aussi élevées comparativement aux années précédentes. Mais malgré les circonstances, l’organisation semble être bien contente du déroulement des choses. 

Pour redonner vie au Zoo sauvage de Saint-Félicien, le parc animalier a su s’adapter au contexte pandémique en mettant en place un plan de mesures sanitaires conforme aux exigences de la Santé publique. Des investissements de plus de 130 000 $ ont été nécessaires pour aider à son ouverture.  

Moins d’achalandage, de moins grandes retombées économiques 

En raison de la fermeture temporaire des services non essentiels, le Zoo sauvage de Saint-Félicien a dû fermer ses portes pendant quelque temps. La présidente du Zoo, Joséane Fortin, est très heureuse de l’achalandage même s’il a été en baisse.  

« Malgré la diminution du nombre de personnes qui ont visité notre parc, toute l’équipe est heureuse d’avoir obtenu ce résultat, dans une année qui a été difficile et remplie d’incertitudes », a-t-elle partagé lors du bilan annuel présenté virtuellement mercredi. 

Selon la directrice générale du parc animalier, Lauraine Gagnon, les retombées économiques ont été moins fructueuses que celles des années précédentes, en raison de l’absence des Européens en région.  

« Nous avons récolté près de 19 millions de dollars en retombées économiques pour 2019-2020, mais l’absence des Européens dans la région nous a privés de 18 millions supplémentaires. C’est un aspect qui a fait mal à notre Zoo, mais aussi à toute la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean », a-t-elle mentionné. 

Une année aux éléments positifs 

Pour la période 2019-2020, le Zoo fêtait sa soixantième année d’ouverture et il a été reconnu comme institution muséale à caractère scientifique.  

Le Zoo a également réalisé sa phase quatre du Plan global de développement. Il consiste en l’installation de divers aménagements dans le Parc des sentiers de la nature, une mise à niveau du film multisensoriel, la préparation de la première phase du programme d’intégration des arts à l’architecture et celle d’un projet de murale signalétique à l’accueil de la billetterie. 

Lauraine Gagnon a tenu à féliciter tous les employés du Zoo pour le travail qu’ils ont accompli depuis le début de la pandémie. Leur équipe est réduite cette année, alors qu’ils ont 106 employés contre 175 en temps normal  

Partagez :