Les araignées sous la lentille de Raynald Claveau

Le photographe Raynald Claveau a dévoilé jeudi soir son exposition Un monde de mystères en direct sur la plateforme Zoom. L’exposition qui porte sur le thème de l’araignée, présentée par le Club photo JAK de Jonquière, a attiré plusieurs curieux qui souhaitaient admirer les clichés de M. Claveau.   

Il s’agissait du premier vernissage virtuel présenté par le Club photo JAK. « Avec la pandémie, j’ai passé beaucoup de temps devant l’ordinateur à fouiller dans mes archives et à arranger des photos. La vice-présidente du Club, Lyne Bergeron, m’a proposé de faire une vraie exposition après que j’aie fait la demande pour exposer sur le site internet », raconte l’ancien vétérinaire, maintenant à la retraite depuis une dizaine d’années.  

Un monde de mystères présente 18 photos d’araignées de partout dans le monde, dont certaines de l’Anticosti. Raynald Claveau, qui est un passionné de la nature, a discuté avec les participants des particularités de chacune des araignées photographiées en plus de présenter ses différentes images. La photo qui a suscité le plus de réactions en est une d’une Nephila Clavipes, une araignée qui se retrouve partout en Amérique. Le public a été fasciné par les contrastes et la lumière du cliché.  

Son sujet de prédilection est la faune et la flore. « Mon but c’est de présenter la faune le plus joliment possible dans un environnement le plus fidèle, explique celui qui pratique la photographie comme passe-temps depuis les années 70. J’essaie d’avoir un arrière-plan assez flou pour mettre mon sujet en valeur ou d’avoir une distance focale assez petite pour le placer dans son environnement. »  

Le président du Club photo JAK, Cedric Monlouvier, s’est dit très heureux de cette première exposition.  « J’ai eu des retours très positifs, les gens ont beaucoup apprécié la formule et le fait que le photographe en explique plus sur les araignées photographiées. »  

La formule de vernissage en ligne sera également celle retenue pour l’exposition annuelle du Club, qui se tiendra en mai. M. Monlouvier explique que depuis la création du Club photo JAK en 1943, il n’y a que deux éditions qui n’ont pas pu être tenues, soit une pendant la Deuxième Guerre mondiale et celle de 2020.  

À propos de Sophie Boivin

Sophie Boivin
Créative, énergique et ambitieuse, voilà trois mots qui décrivent bien Sophie Boivin. Âgée de 19 ans, la Saguenéenne a su à un très jeune âge qu'elle voulait travailler dans les médias, comme sa maman. Son intérêt pour les communications et le journalisme la pousse chaque jour à se dépasser. Passionnée d’art sous toutes ses formes, Sophie prend plaisir à user de son imagination débordante pour créer. Le dessin, la danse, l’écriture, la photographie et la musique font notamment partie des moyens qu’elle utilise pour s’exprimer et laisser libre court à son imagination. Elle a toujours le mot pour rire et est une vraie bout-en-train. Son ambition fait en sorte qu’elle a de nombreux objectifs, comme de devenir plus tard journaliste ou recherchiste. Elle aimerait également travailler sur des documentaires.

À voir aussi

Librairie Marie-Laura

La pandémie propulse l’achat de livres québécois

Malgré la popularité de l’achat en ligne depuis le début de la pandémie, les librairies …