Tisser avec son expérience de mère

229
0
Partagez :

L’artiste visuelle Audrey Guimond met en scène son expérience d’artiste qui se réinvente à travers la maternité avec son exposition Contextere [ Tisser Avec ]. Elle se tient à la bibliothèque du Cégep de Jonquière.

« Bienvenue chez moi », accueille l’artiste en présentant son exposition. On y retrouve différents objets ainsi que des œuvres affichées et des installations. Ce sont des « créations témoignages », précise Mme Guimond. L’élément qui les rassemble, c’est la jute qui est utilisée comme matériau principal.

Au fond de la salle joue une vidéo qui montre l’artiste en plein processus de création. C’est aussi un œil sur sa réalité de mère, qui s’occupe des enfants même en faisant de l’art.

L’exposition de Mme Guimond s’est construite autour de cette vidéo, parce que c’est de là que son train créatif est reparti. La naissance de ses enfants avait mis une pause à son art.

« Je me suis dit que peut-être qu’il fallait que je le filme pour pouvoir me voir en train de le faire et me prouver que je suis capable », raconte-t-elle.

Sa nouvelle réalité a apporté des éléments différents dans son processus créatif. « Je n’ai pas eu le choix de créer pendant que mes enfants étaient là, donc c’est sûr que ça a influencé ma création », témoigne-t-elle.

Quelques œuvres

Des gravures « faites sous le coup d’une émotion d’un souvenir» sont exposées. Mme Guimond s’est replongée dans les émotions qu’elle a vécues lorsque sa fille est née prématurément.

Une grande installation appelée la « cabane d’allaitement » se trouve non loin. L’abri fait de jute et de bois contient une chaise berçante. « Pour moi, c’est vraiment une place apaisante », partage l’artiste.

Le dîner est une fête. Photo: Maxim Villeneuve

Une table et deux chaises à «hauteur d’enfant« et des assiettes de jute colorées sont présentées. « Le dîner est une fête » représente le chaos et la joie que peut être un souper avec de jeunes enfants. « C’est beaucoup de gestion de dégâts, affirme Mme Guimond en riant. Mais, ça peut aussi être beau. »

L’exposition est présentée jusqu’au 18 novembre.

Partagez :