samedi , 3 décembre 2022

Aucun écran avant deux ans selon les experts

Plusieurs enfants ne peuvent pas développer leur motricité en raison de leur surutilisation des écrans. Ils font tout sur leur écran, même des casses-têtes, selon France. Photo: Katerine Belle-Murray

Selon une étude de l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ), les enfants de zéro à quatre ans passeraient en moyenne 8,82 heures par semaine devant la télévision alors que la Société canadienne de physiologie ne recommande aucune exposition à tous les types d’écrans avant au moins l’âge de deux ans. 

De plus, selon l’enquête de NETendances, 40 % des Québécois âgés de 6 à 17 ans passent environ 10 heures par semaine sur Internet, une hausse de 15 % en un an en raison de la pandémie.  

Le professeur en technologie éducative à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), Patrick Giroux, explique que si on dit que le temps d’écran a un lien sur le comportement ou le développement d’un jeune enfant, il faut d’abord comprendre la signification de celui-ci. 

Le fait d’utiliser des appareils électroniques n’affecte pas automatiquement le développement, mais « ne permet pas nécessairement à l’enfant de faire les activités dont il a besoin à son âge pour se développer correctement », reconnaît M. Giroux.  

Il affirme lui aussi que les enfants devraient être exposés à aucun écran, incluant la télévision jusqu’à deux ans. « Les bambins à cet âge-là ont besoin de bouger, de manipuler des objets pour développer leur motricité et de se faire chanter des chansons pour apprendre du vocabulaire et interagir avec leurs parents. » 

Contrôler le temps d’écran 

France, une mère de famille qui a préféré ne pas divulguer son nom, a décidé de couper l’accès aux réseaux sociaux à sa fille et de contrôler le temps qu’elle passe sur les écrans depuis qu’elle a six ans. 

La mère d’Amélie a pris cette décision il y a cinq ans, en raison du comportement problématique de sa fille. « Amélie faisait environ 10 à 15 crises par jour, elle avait des comportements d’un enfant de quatre ans et elle était aussi médicamentée pour trouble de l’opposition », explique France. À ce moment, sa faisait tout sur ses écrans, même des casse-têtes.  

Il n’a fallu que quelques mois d’arrêt d’écrans pour que la mère remarque une différence chez Amélie. « Elle suivait mieux dans les cours à l’école et elle ne faisait qu’une crise par jour voire même une par semaine. Il y avait beaucoup moins d’opposition et je la sentais plus en contrôle de ses émotions », révèle la mère d’Amélie. 

À propos de Roxane Tremblay

Originaire d’un petit village aux alentours de Rimouski, Roxane Tremblay est une jeune femme énergique et affectueuse qui n’attend que de découvrir le monde. Quitter le nid familial à l’âge de 17 ans n’a certainement pas été facile, mais ça reste la meilleure décision de sa vie. Gymnaste pendant 13 ans, elle affectionne particulièrement le sport qui est pour elle un moyen de dépassement, de défoulement et de persévérance. Sa grande curiosité et sa facilité pour la communication l’ont amenée en Art et technologie des médias où elle a pu vivre une multitude d’expériences inoubliables qui ont forgé la personne qu’elle est devenue aujourd’hui. De plus, elle est engagée, organisée et sera toujours prête à aider un ami. Passionnée un peu trop par la musique coréenne et les langues, elle souhaite voyager en Asie pour y découvrir leur culture et aller voir son groupe favori (BTS) en spectacle. Elle n’est peut-être pas la plus drôle, mais elle sera la première à rire si vous lui faites une blague. Sur le plan professionnel, Roxane aimerait travailler pour un média qui va la faire bouger, l’envoyer sur le terrain et couvrir des sujets délicats.

À voir aussi

Un manque de médecins pour Jonquière-Médic

L’organisme de soins médicaux à domicile Jonquière-Médic espère recommencer à offrir ses services à la …