mercredi , 17 août 2022

Dernier sprint pour les magasins avant le temps des fêtes

Victimes des retards d’approvisionnement depuis les derniers mois, les commerçants du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont déjà touchés par la vague d’achats de masse créée par le temps des fêtes. 

À l’heure où certains commerces arborent les décorations de Noël, le problème d’approvisionnement reste toujours un fardeau dans la région. La directrice générale chez Zone Talbot, une société de développement commercial entourant le boulevard Talbot à Chicoutimi, Sophie Tremblay, a déjà reçu plusieurs appels de leurs membres concernant les difficultés. Elle rappelle aux consommateurs qu’il faut rester indulgent envers les entreprises et de prévoir leurs achats d’avance en vue du 25 décembre. 

Nombreuses sont les boutiques qui ont changé leur stratégie d’achat à l’approche du temps des fêtes. « Le message qu’on envoie à nos clients est ‘’acheter avant qu’il ne (le produit) soit plus là ‘’. Le produit qui les intéresse pourrait disparaître des tablettes dès le lendemain », raconte le propriétaire du Sports Experts d’Arvida, Marc Nadeau. 

La Boutique Lydie à Chicoutimi-Nord applique le même discours. La gérante Caroline Girard souligne que leurs achats ont été fait en juin pour recevoir des nouveaux jouets à temps pour Noël. Cependant, seulement 50 % de la livraison est arrivée et elle craint de ne pas recevoir l’autre moitié avant les fêtes. 

Caroline Girard estime que les clients doivent être souples sur leurs achats. Souvent, le modèle demandé par les acheteurs n’est pas toujours disponible. Photo : Nicolas Lacasse
Caroline Girard estime que les clients doivent être souples sur leurs achats. Souvent, le modèle demandé par les acheteurs n’est pas toujours disponible. Photo : Nicolas Lacasse

Selon M. Nadeau, l’ennui vient également d’un manque de main-d’œuvre des fournisseurs. « J’en parlais avec un distributeur, ils ont le stock, mais c’est l’absence de personnel dans l’entrepôt qui affecte les livraisons. » 

De plus, outre les embouteillages dans les ports, les approvisionneurs subissent les effets du retard de production à cause de confinements liés à la Covid-19 dans certaines régions d’Asie où se trouvent des usines-clés. 

Du côté de la boutique Ultraviolet de Jonquière, seulement certains départements sont touchés par le retard des livraisons. Pour ce qui est des équipements sportifs, comme les planches à neige, les nouvelles commandes étaient dues pour la mi-octobre. « C’est sûr que le délai est plus long, mais on est confiants que nous allons recevoir les marchandises à temps », rassure la responsable de la boutique, Sara Dufour. Elle mentionne également que les compagnies de ski de fond sont tardives dans leurs livraisons.  

Instruments de musique ébranlés 

Contrairement aux autres magasins, les complications de l’entreprise Ivonick Desbiens Musique proviennent des commandes en ligne. Le comptable Nicolas Tremblay mentionne que les livraisons des fournisseurs peuvent prendre de six jusqu’à 18 mois, dépendamment du type d’instrument acheté. Pour ce qui est de leur inventaire, « Covid pas covid », l’approvisionnement reste le même.

Il y a plus de 600 guitares en inventaire chez Ivonick Desbiens Musique. Photo : Nicolas Lacasse
Il y a plus de 600 guitares en inventaire chez Ivonick Desbiens Musique. Photo : Nicolas Lacasse

À propos de Nicolas Lacasse

Curieux, ambitieux et empathique, Nicolas Lacasse voit grand pour son avenir. Natif de Saint-Eustache dans les Laurentides, il a décidé de traverser la 40 et la réserve faunique des Laurentides pour venir s’établir dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean afin d’y réaliser son rêve de jeunesse : devenir journaliste sportif. Finissant de l’école secondaire Liberté-Jeunesse à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, c’est après un stage d’une journée à RDS que lui ait venu l’idée d’étudier au Cégep de Jonquière. Par ailleurs, depuis son arrivée à Saguenay, il a la chance de coanimer deux émissions de radio pour la station CKAJ-FM 92,5, soit Les coulisses du rap et Au top du pop. Le sportif tient fortement à découvrir de nouveaux aspects de la vie, car il a tant à apprendre dans ce monde. Tout au long de son parcours scolaire en Art et technologie des médias (ATM), différentes sphères du milieu journalistique se sont ajoutées à ses champs d’intérêt. C’est pour cela qu’il est ouvert à tout ce qui se présentera à lui.

À voir aussi

Le bracelet antirapprochement attendu impatiemment

Alors que les 16 premiers bracelets antirapprochements seront utilisés à Québec dans les cas de …