mercredi , 10 août 2022

L’art numérique, une tendance à la hausse

Kristine Girard
Selon la peintre Kristine Girard, l’art virtuel et l’art réel vont s’équilibrer dans le futur. (Photo : courtoisie)

La fermeture des lieux de diffusion artistique causée par la crise sanitaire a forcé les artistes à repenser l’art de manière numérique et collaborative. Ainsi, de nouvelles tendances se dessinent dont les jetons non-fongibles (NFT) et l’utilisation de nouvelles techniques virtuelles comme la réalité augmentée.

« Chaque génération amène sa chose dans l’art, les jeunes et le numérique arrivent », partage en souriant la directrice générale de Culture Saguenay-Lac-Saint-Jean, Gabrielle Desbiens. Internet étant disponible chez une majorité de la population, il permet de démocratiser les arts. Selon l’artiste professionnelle en art visuel Kristine Girard, l’art numérique permet aussi à de nombreux jeunes de s’intéresser à l’art qu’il soit virtuel ou réel.

« Je crois que l’art numérique et l’art visuel vont s’équilibrer, il y aura toujours un pourcentage de chaque côté et ça va s’harmoniser », commente Kristine Girard. Le numérique ouvre aussi de nombreuses portes pour les artistes puisque tout le monde peut mettre son œuvre en ligne. « Cela oblige les artistes à se démarquer et à être plus authentiques dans leurs créations », continue la peintre saguenéenne.

NFT et oeuvre
Se choisir/ collection « sortir du cadre » – peinture de Kristine Girard et NFT de Bunbitos. (Photo : courtoisie)

L’évolution des technologies

La collaboration entre artistes est aussi devenue plus populaire. « Les collaborations permettent d’explorer de nouvelles choses », explique Kristine Girard. La peintre a d’ailleurs fait un NFT, c’est-à-dire une œuvre numérique certifiée, en collaboration avec l’artiste Bunbitos.

« Sur Internet et dans les enchères, il n’y a pas forcément de rémunération des artistes. Les NFT peuvent être une solution pour régler le problème de la rémunération des artistes », commente Gabrielle Desbiens.

L’art numérique est aussi un moyen pour les artistes d’explorer de nouvelles possibilités comme le métavers, c’est-à-dire un univers parallèle virtuel. « [Cet autre monde] va aussi être un terrain de jeu intéressant. Ça permet d’avoir un monde avec moins de limites, les artistes vont pouvoir faire des créations incroyables comme la collaboration entre La Pulperie et Strateolab sur l’univers du peintre Arthur Villeneuve », informe la directrice générale de culture Saguenay-Lac-Saint-Jean. Cette œuvre en réalité augmentée, est une promenade dans le monde de Arthur Villeneuve.

À propos de Marius Fagot

Marius Fagot vient d’un petit village de France situé à côté de Reims. Dernier enfant d’une fratrie de quatre, il est parti de chez lui à 17 ans, plein d’ambition, pour rejoindre le froid nordique. Marius est né curieux, intéressé et n’a jamais cessé de poser des questions à toutes personnes qu’il croisait, il est passionné de politique internationale, d’économie, mais aussi de sujets plus précis comme la lecture, l’horlogerie ou le sport électronique. Cet apprenti journaliste souhaite s’instruire tous les jours tout en partageant les informations qu’il a obtenues puisqu’il pense, tout comme Léon Tolstoï, que « la vérité doit s’imposer sans violence ». C’est dans cette quête de vérité et de partage que Marius a choisi le journalisme et que toute sa vie s’est tournée vers ce métier qui le passionne tant, notamment en travaillant pendant trois ans en tant qu’animateur radio lorsqu’il était en France puis désormais en Art et technologie des médias (ATM) au Cégep de Jonquière.

À voir aussi

District 31 : savoir tourner la page

C’est avec nostalgie et fierté que Jeff Boudreault et Maxime Villeneuve, deux Jeannois, ont fermé …