Salon du  livre : Josée Néron se joint au CA

393
0
Partagez :

Pour Josée Néron, participer à l’organisation d’un évènement est un retour à ses anciens amours. Photo: Félix Côté

Un vent de changement s’amène au conseil d’administration (CA) du salon du livre. L’ancienne mairesse de Saguenay, Josée Néron, se joindra à l’alignement. D’autre part à la présidence, c’est le libraire de la boutique Marie-Laura à Jonquière, Philippe Fortin, qui reprendra le flambeau.

L’ex-mairesse s’ajoutera à l’administration lors de la prochaine séance du conseil. « Je vais pouvoir aider avec ce que j’ai comme personne, avec ce que je sais et avec tout le bagage que j’ai accumulé au cours des années, même avant d’être mairesse. […] Les gens savent que si je suis là, le travail sera fait et bien fait. »

Pour celle-ci, sa participation à l’organisation d’un évènement c’est un retour aux sources. « Avant d’être en politique, j’étais quelqu’un d’impliqué. […] Je reviens donc à mon ancien amour, qui est d’aider par la mesure du possible des organisations qui effectuent un travail extraordinaire, maintenant que j’ai un petit peu plus de temps pour moi », a-t-elle raconté.

Cependant, la femme politique a certaines craintes par rapport à son passé de mairesse. « Tout ce que j’espère ce que ma présence ne nuise pas, contrairement à ce que l’on a vu dans l’ancienne administration, avant que je devienne mairesse. La présence de certaines personnes sur certains CA pouvait nuire. » L’ex-mairesse ajoute qu’elle a d’ailleurs parlé de cette crainte à la directrice générale du salon, Sylvie Marcoux, mais que la conclusion fût rassurante. « On s’est dit que l’on espère que non, ça ne nuira pas, puisque c’est un évènement déjà bien implanté dans la ville de Saguenay », a-t-elle dit.

« On l’accueille pour ses compétences, madame Néron se joindra à plusieurs autres personnes. J’ai quand même deux libraires au tour de la table, une avocate, une comptable agréée… Alors on essais toujours d’aller chercher des membres avec des aptitudes complémentaires », explique Mme Marcoux.

Un nouveau président fébrile 

Pour sa part, Philippe Fortin, tout juste élu président de l’administration, se dit prêt à accueillir de nouveaux défis. « J’avoue, je ne sais pas exactement dans quoi je m’embraque, mais je pense que ça va bien aller. […] C’est arrivé beaucoup plus rapidement que ce que je pensais, par contre, c’est sûr que j’espérais en arriver là un jour. »

Après seulement deux ans dans le conseil, le nom de Philippe Fortin a été proposé à l’assembler général pour occuper le rôle de la présidence. C’est légèrement surpris qu’il a accepté cette nomination. « Je connais bien le milieu ! C’est sûr que ça ne fait pas longtemps que je suis au CA du salon, mais ça fait un bon moment que je travaille avec eux, on est des collaborateurs assez étroits à la librairie. Je connais bien le fonctionnement du salon d’un côté comme de l’autre et tout ce que ça prend pour faire un bon salon du livre. J’ai déjà un bon bras dans l’engrenage depuis un bon bout. »

Le but ultime pour l’édition de septembre prochain sera évidemment d’assurer le retour d’un salon du livre en présentiel. Un objectif qui est autant partagé par le CA que par la direction. « On souhaite le retour du salon du livre traditionnel, mais encore là, ce n’est pas nous qui décidons, c’est la pandémie. On a tout de même de bons espoirs que l’on puisse tenir notre évènement en présence à la fin septembre », ajoute la directrice générale. Pour Josée Néron, le défi du CA sera aussi de trouver les bénévoles après les deux dernières années en pandémie.

Partagez :