Hubert Marceau : de diplômé de l’UQAC à fondateur d’un laboratoire de produits naturels

185
0
Partagez :

Provoquer sa chance et la saisir, tel est le message livré par l’un des fondateurs du laboratoire PhytoChemia, Hubert Marceau, mercredi midi à l’UQAC.

C’est ce que ce diplômé de l’université régionale  a fait en 2013, alors qu’il a créé son laboratoire spécialisé dans la standardisation et le contrôle de la qualité chimique de produits naturels pour un usage médical, cosmétique ou alimentaire. Il débute alors la vente de plusieurs huiles essentielles et de cannabis.

Hubert Marceau, membre fondateur du Laboratoire PhytoChemia a rencontré de futurs entrepreneurs mercredi dans le but d’expliquer son parcours. (Photo Xavier Nicole)

Des débuts entrepreneuriaux difficiles

Étant l’un des trois membres fondateurs du premier laboratoire d’analyse chimique dans la région, il mentionne que les difficultés ont été nombreuses lors de leurs débuts.

« Ça a été très long à monter. On a commencé avec un budget de 42 000 $ et pendant un an et demi on ne s’est même pas payé, on utilisait l’argent gagné pour remonter le budget », explique Hubert Marceau.

En 2014, alors qu’ils ont une entente avec l’UQAC pour installer leurs locaux à l’université, il essuie plusieurs critiques disant qu’il va échouer. Selon lui, il est important de mettre son égo de côté puisque si la critique est refusée, aucun cheminement n’est fait.

Alors qu’à leurs débuts, les quelques employés de l’entreprise n’étaient que des proches des fondateurs, ils n’ont maintenant plus de difficulté à trouver du personnel. Leur équipe est complète.

C’est quatre ans plus tard qu’il constate le succès de son parcours alors qu’ils déménagent dans un local de 6 800 pieds carrés situé à Chicoutimi, comparativement aux 800 pieds carrés du local précédent.

Penser un pas en avance

Parmi les conseils qu’il a donnés aux quelques personnes présentes, il juge que l’un des plus importants est de toujours penser en avance. De son côté, il est fier d’avoir pensé à négocier sa licence de cannabis deux ans avant la légalisation. C’est ce qui leur a permis de prendre de l’avance sur leurs concurrents.

Il a aussi mentionné qu’il est important de garder une approche calme et de ne pas être prétentieux lorsque vient le moment de faire connaitre une entreprise. Il explique aussi qu’il est important « d’écouter les personnes qui ont échoué afin de mieux réussir ».

Partagez :