mercredi , 10 août 2022

La SNQ mise sur la jeunesse

Pour Magella Archibald, il est important de mettre en lumière les jeunes. (Photo : Martin Patry)

 

Pour la deuxième année consécutive, la Société Nationale des Québécoises et Québécois (SNQ), qui lutte pour valoriser la langue française et la culture québécoise, a élu trois patriotes de la relève. « On ne devient pas patriote à 60 ans, ça commence très jeune », confie le président de la SNQ du Saguenay—Lac-Saint-Jean, Magella Archibald.

William Tremblay, Nathan Lejeune et Jeanne Bouchard ont reçu cette distinction qui a pour but de valoriser l’engagement social des jeunes au Québec. « On a demandé aux associations étudiantes de la région de choisir des élèves qui se dépassent pour les autres, explique Magella Archibald. Le patriotisme, c’est l’amour de son pays mais c’est aussi l’engagement social. »

Pour le président de la SNQ du Saguenay—Lac-Saint-Jean, mettre de l’avant l’investissement des jeunes est une nécessité. « On pense au renouvellement de notre société et on sait que les patriotes de la relève vont continuer leurs actions dans le futur. La relève est déjà là, alors autant la montrer ! »

« Une grande fierté »

La cérémonie de remise des prix aura lieu le 19 mai, en présence des trois nommés. « C’est une grande fierté d’avoir été choisie », confie l’étudiante à l’UQAC, Jeanne Bouchard. Depuis plusieurs années, elle donne son plasma plusieurs fois par mois en plus de faire du bénévolat pour la Fondation de ma vie, qui vient en aide à l’hôpital de Chicoutimi. « C’est très gratifiant de voir tous mes efforts récompensés ! J’ai hâte d’être à la cérémonie. »

Cette année, pour la première fois, deux autres SNQ devraient également élire des patriotes de la relève. « Ça met aussi en valeur les institutions du Québec, explique Magella Archibald. Nous sommes très heureux de voir que d’autres SNQ vont nous imiter. »

Comme tous les ans depuis six ans, la SNQ du Saguenay—Lac-Saint-Jean a également choisi sa patriote de l’année. Il s’agit de la musicienne Denise Boileau, qui s’est beaucoup impliquée dans la culture tout au long de sa vie. « Cette année, on a voulu récompenser une personne pour ses engagements culturels et on a choisi Denise, raconte Magella Archibald. Je ne connais pas un seul violoniste qui n’a pas pris de cours avec elle », conclut-il, le sourire aux lèvres.

À propos de Martin Patry

À dix-neuf ans, Martin Patry vient tout juste de quitter sa Normandie natale pour venir étudier le journalisme au Cégep de Jonquière. Passionné par la musique et le soccer, le jeune français rêve de devenir journaliste culturel, et ce, depuis le lycée. C’est en 2019 que le jeune musicien part à Vichy pour effectuer un diplôme universitaire de technologie en information et communication option journalisme. Cette formation n’aura fait que confirmer sa volonté de devenir journaliste et lui aura permis d’effectuer plusieurs stages en presse quotidienne régionale (La Presse de la Manche) ainsi qu’en radio (Radio Sensations). Malgré son mètre quatre-vingt-dix, Martin est un garçon assez discret, mais qui n’hésite pas à prendre des initiatives pour atteindre ses objectifs. Dynamique et autonome, il compte bien profiter de cette expérience à l’étranger pour rencontrer de nouvelles personnes ainsi que découvrir une culture qui lui est pour l’instant inconnue.

À voir aussi

Le bracelet antirapprochement attendu impatiemment

Alors que les 16 premiers bracelets antirapprochements seront utilisés à Québec dans les cas de …