« Quand punir ne suffit pas » débarque à Jonquière

 

Saguenay était l’une des 13 représentations de « Quand punir ne suffit pas » à travers le Québec. (Photo Yanick Boudreault)

 

Sabrina, qui a perdu son père assassiné par Kevin, décide de rencontrer l’assassin de son père pour essayer de comprendre la raison qui a poussé Kevin à prendre la vie de son paternel. C’est la façon qu’on explique le concept de justice réparatrice.

Le documentaire « Quand punir ne suffit pas » était présenté mardi soir à la salle François-Brassard du Cégep de Jonquière. Un documentaire sur la justice réparatrice qui expliquait et montrait le déroulement d’une rencontre entre la victime et de son offenseur.

Le documentaire est présentement en tournée à travers le Québec. Il était de passage à Jonquière pour expliquer le concept de justice réparatrice.

La documentariste, Pauline Voisard a vu une belle opportunité de parler aux gens de ce type de justice peu connue.

« Je trouvais que la justice réparatrice n’était vraiment pas connue. Les gens avaient plein d’idées préconçues par rapport à ce sujet. Le documentaire sert à ça, à lever le voile sur certains faits de société et montrer certaines réalités », affirme la réalisatrice de « Quand punir ne suffit pas », Pauline Voisard.

Le partenaire régional du documentaire, Équijustice Saguenay–Lac-Saint-Jean a participé à cet événement. Pour l’organisme à but non lucratif et bien, c’est une fierté de pouvoir participer à un projet comme celui-là.

« C’est une fierté parce que quand on parle de justice réparatrice et bien c’est très vague. Le documentaire permet de montrer en image le travail qu’on fait et qui est complexe à expliquer », mentionne l’intervenante à Équijustice Lac-Saint-Jean, Mylène Blackburn.

Les directeurs régionaux de Équijustice, Katerie Lemoignan et Mario Allard ont remercié les gens sur place en compagnie de Pauline Voisard. (Photo Yanick Boudreault)

 

Les nombreux spectateurs dans la salle ont pu observer plusieurs histoires vraies, comme celle de Sabrina au sein du documentaire. Lorsque nous avons demandé à plusieurs leur impression, les commentaires positifs sur le documentaire étaient à l’honneur.

C’est sous les applaudissements que Mme Voisard a invité les gens dans la salle à rester discuter sur le documentaire et tout ce qui entoure la justice réparatrice au tour d’un cocktail.

 

À propos de Yanick Boudreault

Avatar photo
Étudiant en journalisme à temps plein et cowboy dans ses temps libres, Yanick Boudreault est reconnaissable par ses bottes, mais aussi par son charisme. Originaire de la ville minière de la Côte-Nord, Fermont, Yanick a dû quitter le nid familial pour œuvrer dans un métier qui le passionne. Il a été employé l’été passé chez TVA CIMT-CHAU à Carleton-sur-Mer et il compte bien y retourner lors de son stage de fin d’études collégiales ainsi que lorsqu’il aura son diplôme en poche. Ses collègues de travail le définissent comme un journaliste polyvalent. Il sait s’adapter à plusieurs situations et il peut exceller dans toutes sortes de tâches différentes. De plus, sa rapidité et son efficacité l’aident à dénicher les potins les plus croustillants puisqu’il en raffole tant.

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …