Une petite pensée pour la santé mentale chez les militaires

Les personnes qui ont réservé leur boite ont toute la journée pour récupérer leur sac à leur numéro. (Photo : Sandrine Déry)

 

Devant une hausse des d’aide psychosociale au sein des familles de militaires, le centre communautaire de Bagotville a préparé des boîtes réconfortantes pour donner un peu plus de joie dans la vie des habitants dans le cadre de la journée Bell causer pour la cause. 

« On voulait faire une activité différente pour Bell cause. On voulait quelque chose qui allait avoir un impact positif. », explique la gestionnaire au centre communautaire de Bagotville, Danielle Valmera Michaud.

L’initiative a été bien reçue par les résidents, puisque « dans les 48 premières heures, on avait déjà les trois quarts des boîtes qui ont été données. », précise, Mme Valmera Michaud.

« L’hiver est toujours une période plus difficile. Ça nous fait un petit baume dans les périodes plus froides. », déclare la résidente, Clara-Pier Bélanger.

Ce qui se retrouve dans les boites réconfortantes. (Photo : Sandrine Déry)

 

Comme l’an dernier, une centaine de boîtes vont être données aux personnes inscrites. Dans les boîtes, on y retrouve des affiches et plusieurs autres matériels de prévention en matière de santé mentale. Il y a des crayons, des mandalas et de petites douceurs qui font aussi partie du coffret. Certains contenus vont être différents selon la grandeur de la famille.

Des ateliers sur la santé mentale vont aussi avoir lieu le midi et en soirée au centre communautaire de Bagotville.

Une santé mentale fragilisée

Les années précédentes ont été difficiles en ce qui concerne le bien-être de plusieurs familles de militaires. « Les familles sont un peu plus fragilisées », explique Mme Valmera Michaud.

« On a eu une liste d’attente beaucoup plus élevée cette année que les autres. », explique-t-elle.

Bell cause pour la cause

Pour Bell cause pour la cause, Bell va remettre un montant d’un million de dollars sous forme de dons du Fond postsecondaire Bell cause pour la cause à 10 collèges, universités et cégeps canadiens. Le but est de soutenir les initiatives faites sur le bien-être et la santé mentale des étudiants d’études supérieures.

À propos de Sandrine Déry

Avatar photo
Sandrine Déry est une journaliste hors pair qui n’hésite pas à défendre les injustices. Tout comme les lions, son signe astrologique, elle aime prendre sa place et s’investir pleinement dans ce qu’elle fait. Native de Baie-Comeau, Sandrine commence ses études en Arts et lettres où elle fera une année complète avant de rentrer à l’École supérieure en Art et technologie des médias. Après une profonde indécision entre le journalisme et la radio, elle décide finalement de choisir le journalisme. Passionnée de la culture et des arts depuis qu’elle est toute petite, elle rêve de devenir une critique culturelle à la radio… et une actrice. Déjà à 20 ans, la jeune femme a complété un stage d’une journée sur le plateau de TVA Nouvelles. Demeurant désormais à Jonquière pour les études, Sandrine profite de toutes les opportunités qui s’ouvrent à elle pour mettre en avant sa créativité tout comme elle le fait en créant des personnages dans le jeu de simulation de vie, les Sims4.

À voir aussi

Un motoneigiste octogénaire revient chez lui saint et sauf

Les policiers de Saguenay ont reçu un appel au 911 samedi après-midi signalant la disparition …