Généalogie : des experts pour éviter les erreurs

218
0
Partagez :

La Société généalogique du Saguenay ne s’inquiète pas de l’arrivée d’outils en ligne permettant à la population de retracer ses ancêtres. Cependant, l’organisme craint les possibles erreurs que pourrait causer une recherche effectuée sans l’aide d’experts. Elle recommande donc à la population d’utiliser son savoir-faire pour les éviter.

La société a fait peau neuve en 2020 avec la refonte complète de son site web. L’organisme située à Chicoutimi a d’ailleurs remporté le prix Cyprien Tanguay 2022, remis par la Fédération québécoise des sociétés de généalogie pour cette refonte ainsi que la mise en ligne de ses données pour les chercheurs membres.

La présidente de la Société de généalogie du Saguenay, Josée Gravel, souligne que ces nouveautés ont permis de rejoindre d’anciens membres qui ont décidé de se réinscrire. Des nouveaux membres ont aussi rejoint la société. Cela leur permet d’obtenir l’aide de trois maitres généalogistes.

L’organisme s’est muni d’une nouvelle enseigne en juillet 2022, permettant ainsi une meilleure visibilité. (Photo : Facebook / Société de généalogie du Saguenay)

Un souci de l’exactitude

Toujours selon la présidente, jamais la présence en ligne d’autres outils n’a inquiété l’avenir de la Société de généalogie du Saguenay, en partie en raison des prix avantageux, mais aussi de l’aide disponible sur place. Mme Gravel rappelle que si les services en ligne sont mal utilisés, des erreurs peuvent survenir. Celles-ci viendront ensuite gâcher le travail accompli par la suite. « Une dame est déjà venue nous voir, elle avait déjà complété une demi-lune de son arbre. En faisant des recherches, on s’est rendu compte qu’elle s’était trompée », s’exclame-t-elle.

Les membres ont accès à une vaste banque de données sur les naissances, les baptêmes, mariages et les morts. (Photo : Site web / Société de généalogie du Saguenay)

Une recherche épaulée par des experts

Mme Gravel croit qu’il y a plusieurs avantages pour les citoyens qui décident de demander l’aide de l’organisme. Tout d’abord, le prix est avantageux. Une cotisation de 50 $ par an ou 600$ à vie est demandée pour devenir membre de la société. Quant à ceux qui décident d’effectuer leurs recherches par eux-mêmes, ceux-ci devront débourser au minimum 70$ et jusqu’à 130$ par 6 mois pour l’achat d’Ancestry, un service internet de généalogie. Quant au logiciel de recherche en ligne « BSM 2000 », 20 $ devront être payés pour 200 bons de consultations, nombre qui diminue à chaque clic. Un utilisateur ambitieux pourrait même dépenser 300$ pour 10 000 bons. Or, Mme Gravel explique que du côté de la société, un membre a accès à tous ces services gratuitement, une fois l’inscription payée.

Partagez :