15 ans de pénitencier pour un père incestueux

229
0
Partagez :

Photo : Banque d’images, 123rf

Un père a écopé de 15 ans de pénitencier pour de nombreux actes sexuels perpétrés sur ses enfants et ceux de sa conjointe, mardi matin, au Palais de justice de Chicoutimi.

Les faits se sont déroulés sur une période de trois ans. L’homme reconnait avoir agressé sexuellement à de nombreuses reprises les quatre enfants qui se trouvaient sous sa charge, à partir de 2014, allant jusqu’à avoir des relations sexuelles complètes avec certains d’entre eux.

Au moment où se sont déroulées ces agressions, les victimes étaient âgées entre neuf et 15 ans.

L’homme en question les forçait également à regarder des films pornographiques afin de normaliser les relations sexuelles chez les enfants. Lors de ces soirées, celui-ci assouvissait ses pulsions sexuelles et où il les incitait à commettre certains actes entre eux.

Afin de pousser le stratagème encore plus loin, l’homme a utilisé de l’argent pour convaincre certaines victimes de commettre des actes sexuels, faisant passer le tout pour un jeu.

La juge Sonia Rouleau de la Cour du Québec a analysé la jurisprudence et a conclu que des sentences consécutives étaient nécessaires dans ce dossier. Celle-ci a donc déterminé des peines pour l’ensemble des actes perpétrés sur chacune des victimes, sans les confondre. Les années prisons imposées à l’homme sont ensuite additionnés afin de donner une sentence plus sévère, la juge Rouleau souhaitant user de la dissuasion.

Sonia Rouleau a pris en compte plusieurs circonstances aggravantes, dont le fait que l’accusé ait abusé de la confiance de ceux qui l’appelaient « papa », la nature très violente des actes commis et la fréquence à laquelle ils ont été effectués.

Elle a également porté attention aux graves séquelles subies par les victimes. Les blessures psychologiques infligées entre 2014 et 2017 nécessitent un suivi et une médication, encore à ce jour, pour certaines d’entre-elles.

L’homme a donc écopé d’un total de 23 ans de pénitencier, que la juge Rouleau a modulé jusqu’à 15 ans.

Le coupable étant détenu depuis le 12 janvier, la juge a retiré 80 jours de détention provisoire.

 

Partagez :