La fièvre du cosplay gagne le Saguenay

352
0
Partagez :

Rosalie Thibeault qualifie l’ambiance des conventions comme étant euphorique. Elle a confié se sentir retomber en enfance. (Photo Jasmine Jacques)

La fièvre du cosplay, une pratique très populaire qui reproduit le plus fidèlement l’apparence de leur personnage favori, gagne le Saguenay depuis quelques années. C’est l’aspect créatif qui plaît aux passionnés.

C’est l’une de ses amies de longue date qui a montré à Rosalie Thibeault ce monde fantastique. Initiée à cet art en 2014, elle n’a jamais quitté ce milieu où la créativité et la débrouillardise sont au cœur de cette passion.

« C’est de l’art ! Qu’ils soient achetés ou fait à la main, les costumes sont toujours à ajuster. C’est notre côté créatif propre à chacun qui fait toute la différence. Par exemple, deux personnes peuvent avoir le même cosplay et être totalement différents. C’est la magie de la créativité », mentionne-t-elle avec un large sourire.

Événements convoités

Étant elle-même une grande amatrice de cosplay, Audrey Dufour a créé SagGeek qui est un événement dans la région inspiré des plus grandes conventions de cosplay qui se déroulent à Montréal et à Québec.

« La mission du SagGeek, c’est d’initier les gens à la culture geek. Donc, il y a plusieurs activités qui sont en lien avec cette thématique. C’est un événement très inclusif où notre valeur principale est le respect. Les jugements et les commentaires négatifs ne sont pas acceptés », explique la fondatrice de l’événement.

Le nombre de participants grimpe chaque année depuis sa création en 2016. Selon Mme Dufour, à ces événements, les gens se sentent acceptés et ressentent un immense sentiment d’appartenance.

Pour Rosalie Thibeault, c’est une occasion également pour rencontrer de nouveaux amis. « J’étais super contente à l’arrivée de SagGeek. C’est une belle opportunité d’en faire en région et les prix sont accessibles. Pour être honnête, pour une convention régionale, c’est vraiment bien organisé. Mon expérience en région est meilleure qu’à la célèbre convention du Comiccon de Québec. C’est une petite convention maison accueillante et où nous nous sentons bien » raconte la cosplayeuse.

Le regards des autres

Par contre, plusieurs personnes préfèrent omettre de partager leur passion avec leur entourage.

« Le plus gros préjugé qui entourage le cosplay, c’est définitivement que les gens croient que puisque que ce sont des dessins animés, c’est réservé aux enfants. Au contraire, ça touche des sujets hyper sérieux comme la mort, les amitiés et les deuils. La population générale pourrait s’intéresser aux animés si le côté graphique ne les rebute pas », souligne la cosplayeuse d’expérience.

Partagez :