Des nouveaux objectifs de forage pour First Phosphate

38
0
Partagez :

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean représente 35 % de la superficie mondiale des anorthosites minéralisées. Photo: First Phosphate

First Phosphate a annoncé jeudi avoir commencé la phase 1 de son projet Bégin-Lamarche. Le prometteur minier va effectuer plusieurs forages au Saguenay-Lac-Saint-Jean pour continuer le développement des batteries LFP.

Depuis deux semaines, le forage dans le secteur de Bégin-Lamarche a débuté. Plus de 100 forages seront faits jusqu’à la fin avril pour permettre un premier calcul des ressources en juin. L’année dernière, First Phosphate a réalisé des tests pour montrer la possibilité de forage après la découverte de phosphate en 2022. « À l’automne, on a récolté plusieurs échantillons supérieurs à 7 % en phosphate. Ce sont des résultats très prometteurs », a souligné le chef géologue de First Phosphate, Gilles Laverdière, en conférence de presse le jeudi 8 février.

La phase 2 du projet débutera cet été avec les études environnementales et l’étude économique préliminaire. À la suite de ces recherches, la phase 3 pourra commencer avec l’étude de faisabilité.

Les maires des municipalités de Bégin et de Lamarche ont laissé savoir pendant la conférence leur satisfaction du projet. « Quand on fait de l’extraction minière, ça crée environ 10 à 15 emplois dans le secteur secondaire et tertiaire. On pense que ce projet va nous redonner beaucoup en retombées économiques », a mentionné le maire de Lamarche, Michel Bergeron.

Le directeur général de First Phosphate, John Passalacqua, a loué la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour sa quantité de phosphate sur le territoire. Photo: La Pige

Les batteries LFP, l’avenir des voitures électriques

First Phosphate a présenté un tableau qui démontre qu’en 2040 le nombre de batteries LFP (lithium-fer-phosphate) va tripler comparativement à 2023. Leurs estimations démontrent que 1,5 million de batteries LFP seraient vendues aux différents fournisseurs en 2040. « Je ne serais pas surpris que la demande soit beaucoup plus grande que nos estimations prévues », a expliqué le directeur général de First Phosphate, John Passalacqua.

La raison d’une importante hausse est que les compagnies de voitures changent les batteries au lithium-ion dans les voitures électriques pour les batteries LFP. Les nouvelles batteries utilisées sont plus efficaces dans la recharge, puisqu’elles ne démontrent aucun signe de dégradation prématurée.

Le directeur général de First Phosphate a mentionné que les batteries LFP étaient le futur des voitures électriques et du transport commercial. « On est en train de bâtir l’avenir, a-t-il dit. Cependant, il faut du temps. »

Partagez :
Avatar photo