dimanche , 28 février 2021

Diversité + souligne l’importance du langage neutre au Cégep de Jonquière

Le langage non genré est encore très tabou et même les jeunes ne sont parfois pas assez informés. C’est l’une des raisons qui a poussé le comité Diversité +, du Cégep de Jonquière, à lancer une semaine de la sensibilisation à l’utilisation de termes neutres lundi.

« Le but de cette semaine est de rendre le français plus inclusif pour les gens qui ne s’associent pas nécessairement à un homme ou une femme  », a confié le président du comité Diversité +, Gabriel Sabourin. Selon lui, le langage non binaire est encore méconnu et il est beaucoup moins commun d’en parler.

Des affiches ont été installées dans les trois pavillons du Cégep de Jonquière ainsi que dans les résidences. Ces dernières soulignent l’importance de se présenter en mentionnant le ou les pronoms que nous préférons qui soient utilisés à notre égard. Elles démystifient aussi la signification de quelques mots encore peu connus  comme iel (pronom personnel neutre) et freur (terme neutre pour frère et sœur) par exemple.

Les affiches du comité Diversité + sont accrochées partout au Cégep de Jonquière pour informer les étudiants sur l’utilisation de termes comme acteurices.

Concours de Drags

Il y aura aussi des questions à caractère informatif pendant le concours de Drags, en ligne, organisé par le comité. Ces questions qui seront posées au public lui permettront de gagner des prix. Six groupes de candidats participeront au concours et une Drag Queen de Montréal fera une performance. La seule Drag Queen professionnelle de la région, Karine O’Kay, fera office de juge lors du concours qui aura lieu jeudi à 20h.

Une publicité informant la population collégiale sur le langage neutre sera aussi lancée au courant de la semaine. De plus, le comité Diversité +, qui se concentre, pour le moment,  sur l’importance de parler des mots neutres, organisera, en mai, une journée contre l’homophobie et la transphobie en partenariat avec l’UQAC + et Diversité 02. « Pour le moment, on aimerait faire une levée du drapeau LGBTQ+ devant le Cégep de Jonquière cette journée-là », a souligné Gabriel Sabourin.

Le comité organise aussi une conférence avec le directeur général du comité Diversité 02, Daniel Gosselin, qui  parlera  de l’utilisation des termes non genrés dans les médias. Cette conférence n’aura pas lieu cette semaine, mais plus de détails sont à prévoir à ce sujet. Pour l’instant, le comité espère informer la communauté du Cégep de Jonquière dans le cadre de la semaine de sensibilisation. Il est aussi encore temps de se procurer des billets pour le concours de Drags, jeudi soir, au profit du Festival de l’Âme à l’Écran.

À propos de Anick Berger

Anick Berger
Anick Berger est une apprentie-journaliste de 20 ans qui semble bien plus jeune que son âge. Toutefois, de son petit corps ressort de fortes ambitions. Partie du tout petit village de Saint-Eugène-de-Ladrière dans le Bas-Saint-Laurent, la jeune femme étudie au Cégep de Jonquière en cultivant l’espoir d’un jour faire dire à ses parents : « Regarde c’est ma fille ça! » Passionnée de hockey depuis les premiers tournois de son père auxquels elle a pu assister, elle vient à Jonquière avec l’intention de devenir journaliste sportive. Alors que couvrir la Ligue de hockey junior majeur du Québec à la télévision pour une chaîne de sport demeure son rêve le plus fou, elle garde l’esprit ouvert, car elle adore en apprendre toujours plus sur l’actualité et tout ce qui s’y rattache. Directrice des communications, journaliste et gestionnaire des médias sociaux pour les Élites de Jonquière ainsi que pigiste à la couverture des Saguenéens de Chicoutimi pour le Journal de Québec, elle poursuit son rêve sourire aux lèvres, blague sur le bout de la langue et détermination dans les yeux.

À voir aussi

Pas de relâche pour la relâche!

Malgré la pandémie, de multiples options sont offertes à la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour bien …