Familles de pension : des héroïnes obscures

Travaillant dans l’ombre, les familles de pension sont des atouts indispensables dans le monde du hockey junior majeur. Ce sont elles qui prennent soin et permettent aux futurs Sidney Crosby de se concentrer pleinement sur leur parcours sportif et scolaire.

Julien Hébert entame sa troisième saison dans la LHJMQ et une première à Chicoutimi. (Photo: courtoisie)

Célyne Brassard accueille des joueurs des Saguenéens de Chicoutimi depuis bientôt 12 ans. Ce qui la pousse à héberger des hockeyeurs depuis tout ce temps est sans contredit sa passion inconditionnelle pour le sport. « Les plus jeunes, je vais les porter à l’école lorsqu’ils sont au secondaire. À 18-19 ans, dans la plupart des cas, ils ont leur voiture. Aussi, je fais les repas trois fois par jour et je m’occupe de leur lavage », raconte celle qui accueille présentement deux joueurs, soit l’attaquant Julien Hébert et le défenseur Matteo Mann.

Le service rendu vient évidemment avec une rémunération, qui reste toutefois confidentielle. Les Sags offrent également les billets de saison à tous les membres de la famille de pension.

Pour sa part, le nouveau résident chez Mme Brassard, Julien Hébert, n’en est pas à sa première pension. Il est notamment passé par Baie-Comeau, lors de son premier séjour dans la LHJMQ. Il confirme toutefois que la situation d’une maison à l’autre reste sensiblement la même. « On soupe pratiquement chaque soir ensemble. Si jamais j’ai besoin d’un “lunch” ou quoi que ce soit, je lui demande et elle s’occupe de tout », a indiqué le natif de Montmagny, qui a quitté sa ville natale à 16 ans pour se diriger vers la Côte-Nord.

L’expression qui revient souvent est celle d’une deuxième famille. Pour la Saguenéenne, l’important c’est que les jeunes soient à l’aise et qu’ils se sentent comme chez eux. « Ça devient comme une famille d’adoption. Les gars sont là du mois d’août jusqu’au mois de mai, donc forcément on crée des liens qui sont forts », confie celle qui a pris soin de l’ancien capitaine des Saguenéens, Samuel Houde, pendant cinq ans.

Une partisane avant tout

Célyne Brassard est au départ une admiratrice finie des Sags. Elle ne manque aucun match, même ceux à l’extérieur, qu’elle suit en diffusion. C’est un aspect qui plait généralement aux joueurs. « Quand j’étais à Baie-Comeau, ma pension venait aux matchs et j’aimais vraiment ça. Les familles de pension, elles connaissent le hockey et elles te posent des questions sur le match. C’est quelque chose de vraiment le “fun” », a avancé Hébert, heureux de poursuivre son stage junior les Bleuets

À propos de Marc-Antoine Corneau

Marc-Antoine Corneau
Marc-Antoine Corneau est un apprenti journaliste de 19 ans pour qui le monde du sport n’a aucun secret, du moins presque aucun… Son but premier : s’établir comme référence dans le monde du soccer au Québec. Tout droit sorti d’Alma au Lac-Saint-Jean, le jeune homme aux 6 pieds 3 pouces peaufine actuellement ses talents d’écriture, alors qu’il est assigné à la couverture des Saguenéens de Chicoutimi au Journal de Québec. Depuis un an, le Jeannois est également responsable des communications pour les Élites de Jonquière dans la Ligue de développement du hockey M18 AAA du Québec. De nature discrète, Marc-Antoine est loin de laisser sa place. Déterminé et muni d’une grande confiance en lui, il trace son chemin où bon lui semble. Ce n’est peut-être pas le plus à l’aise devant la caméra, mais croyez-le, il sait manier les mots tel Zoro avec son épée.

À voir aussi

Matej Kaslik s'offre un tour du chapeau contre l'Armada

Kaslik coule l’Armada

Les trois buts de Matej Kaslik ont permis aux Saguenéens de Chicoutimi de surprendre l’Armada de Blainville-Boisbriand par la marque de …