Saguenay-Lac-Saint-Jean: à deux pas de la zone rouge

273
0
Partagez :

 

Lors du point de presse du 19 octobre, le Dr Donald Aubin a annoncé la mise en place d’une nouvelle ligne téléphonique pour ceux qui attendent le résultat d’un test depuis plus de cinq jours.

Le directeur régional de la santé publique, Dr Donald Aubin, a indiqué que les 24 à 48 prochaines heures vont être déterminantes à savoir si le Saguenay-Lac-Saint-Jean passe en zone rouge.  

Le Dr Aubin affirmélors d’un point de presse virtuel lundi, qu’à l’heure actuelle, l’augmentation des chiffres quotidiens progresse rapidement vers les critères d’une zone rouge. « L’angulation étant tellement forte, je commence à trouver qu’on s’en va vers une zone rouge, mais nous ne sommes pas encore là. La situation est encore évitable », ajouté le directeur régional de la santé publique.  

 Afin d’éviter ce changement de couleur dans la région, la santé publique ne veut pas laisser la situation évoluer trop longtemps. « On est présent, notre capacité d’enquête est excellente. Au-delà de cela, chacun de nous doit respecter les mesures. La population doit en faire un peu plus et rapidement », a mentionné Donald Aubin.  

 La séparation des sous-régions du Saguenay et du Lac-Saint-Jean n’est pas une option envisageable d’après le médecin. Il pense qu’il y aurait très peu d’amélioration en appliquant cette mesure.   

Une baisse de cas quotidiens pourraiéviter à la région de virer au rouge.  

Bilan du 19 octobre 

Un total de 47 personnes s’ajoute au bilan régional, ce qui porte le nombre de cas actif à 266Le total s’élève maintenant à 497 personnes infectées. On compte aussi trois nouveaux décès, dont le premier depuis le début de la pandémie à l’hôpital de Chicoutimi.  

Il y a présentement 939 personnes en isolement dans la région. « Lorsqu’on a beaucoup de gens isolés, ça veut dire que ceux que l’on identifie comme positifs avaient énormément de contacts. Ça fait beaucoup de personnes en isolement », a fait valoir le Dr Donald Aubin.  

Le Lac-Saint-Jean-Est reste la MRC la plus préoccupante, selon le directeur de la santé publique, avec les foyers d’éclosions de l’hôpital d’Alma et du CHSLD Isidore-Gauthier.  

Partagez :