Atchoum en tournée sur un toit d’autobus

 

Atchoum se réjouit de revoir les enfants lors de sa tournée des services de garde.

Atchoum a pu faire une tournée de spectacles sur le toit d’un autobus au Saguenay-Lac-Saint-Jean grâce à une bourse donnée par le Conseil des arts et des lettres du Québec. Son équipe commençait avec les garderies de Chicoutimi puis continue la tournée à Jonquière et à La Baie demain. 

Le concept de spectacle sur le dos d’un autobus est parti d’Atchoum qui a vu une photo du motorisé et qui en est tombée amoureuse. C’est une idée qui respecte la distanciation et qui plait aux enfants, souligne la musicienne. « C’est sûr que faire des spectacles sur un toit d’autobus, c’est vraiment hors norme […] L’autobus, pour eux, c’est la maternelle, alors souvent l’autobus c’est vraiment un rêve, un objectif pour eux », affirme-t-elle avec passion. 

Les enfants, fébriles, voulaient tous dire quelque chose de leur vie personnelle au clown. Atchoum était, elle aussi, remplie de joie. « Ils voient que je suis comme leur grande chum de fille qui les comprend et ils veulent me raconter leurs histoires, c’est là qu’on voit vraiment un amour pour le personnage », explique -t-elle. 

Le groupe de musique fait le tour des CPE et des services de garde qui ont été tirés au sort parmi les candidatures soumises en septembre. Pour la prestation de 11 h, l’autobus se rendait à la petite école vision de Chicoutimi. Toutefois, l’équipe a été surprise par la pluie. Elle a donc performé à l’intérieur de la petite école. Il était impossible de faire le spectacle sur le toit de l’autobus à cause des risques de glisser et d’endommager le matériel électronique. Atchoum et ses deux collègues chantaient la chanson des biscuits et offraient des disques qui seront distribués à chaque enfant présent au spectacle.  

L’équipe avait envie de donner des spectacles aux enfants des CPE. « Ils n’ont pas eu de spectacle du tout durant toute la pandémie. C’est un public qu’on a besoin de solliciter rapidement, surtout musicalement. C’était important pour moi d’offrir ça à cette tranche de jeunesse que j’aime tant, et qui m’aime aussi beaucoup », ajoute Atchoum en riant.   

La tournée se poursuit dans la région. Le 28, 29 et 30 septembre, ce sera dans les villes de Saguenay, Alma, Saint-Félicien et Dolbeau. 

 

À propos de Léa Gendron

Venant de Lanaudière et ayant des souches abitibiennes, Léa Gendron est très accueillante envers les gens qu’elle rencontre. Elle est très joviale et sait tirer le positif de chaque situation. Cette journaliste en devenir croit dur comme fer qu’il y a une solution à tout problème. De ce fait, elle est douée pour remonter le moral des troupes lors des travaux d’équipe. La Rawdonnoise fait preuve de persévérance et de rigueur. Elle est débrouillarde et tente toujours de trouver la meilleure option possible. Elle a fait de l’improvisation au secondaire, ce qui lui a permis d’améliorer sa communication et sa créativité. L’étudiante en journalisme adore discuter avec différentes personnes qui lui en apprennent un peu plus chaque jour sur tous les sujets. Léa souhaite poursuivre ses études en communication dans une université et son plus grand rêve est de travailler auprès des gens.

À voir aussi

District 31 : savoir tourner la page

C’est avec nostalgie et fierté que Jeff Boudreault et Maxime Villeneuve, deux Jeannois, ont fermé …