mercredi , 10 août 2022

Guerre en Ukraine : la Russie en mode survie

L’expert en actualité mondiale, Éric Arsenault (à gauche), et l’expert en politique internationale, Pierre Turcotte (à droite), ont tenu une conférence à la salle Polyvalente du Cégep de Jonquière, sur le thème de la guerre en Ukraine. (Photo : Megan Maltais)

Les semaines sont comptées pour le président russe Vladimir Poutine, selon l’expert en politique internationale, Pierre Turcotte. Ce conflitentre la Russie et l’Ukraine ne date pas d’hier, mais le déclenchement d’une guerre est prématuré et pourrait coûter cher à la première puissance nucléaire mondiale selon l’enseignant au Cégep de Jonquière.  

C’est à l’occasion d’une conférence sur les enjeux de la guerre en Ukraine, présentée par le Cégep de Jonquière ce mercredi midi, que l’expert en politique internationale, Pierre Turcotte, et l’expert en actualité mondiale, Éric Arsenault, ont fait le point sur la situation. Au menu, rappels des évènements historiques et désinformation.  

« Il y a des personnes qui sont totalement incrédules face à ce qui se passe en ce moment. […] Les gens ont beaucoup de questions et d’incompréhension, c’est donc important de ramasser toutes les pièces pour bien comprendre le casse-tête », a expliqué Éric Arsenault, qui trouvait nécessaire d’informer les étudiants et les membres du personnel.  

Poutine au pied du mur  

« S’il n’a pas réussi d’ici le mois de juin, c’est l’économie de la Russie qui va écoper pendant plusieurs années », a déclaré l’enseignant en sciences humaines Pierre Turcotte, qui est inquiet pour la suite des choses. « Poutine est en train de se ramasser au pied de mur, et un humain qui n’a plus rien à perdre, c’est dangereux. »  

Pour les Occidentaux, la violence est rarement une solution. « Les Slaves vivent sous les dictatures depuis presque 1000 ans, ils ont été habitués à régler leurs conflits de manière violente, principalement en prenant les armes », a confirmé Pierre Turcotte, qui déplore le mauvais calcul du président russe. « Poutine pensait devoir se battre contre les 100  000 militaires ukrainiens. Mais là, les 40 millions d’habitants sont prêts à défendre leur pays. »  

Si Vladimir Poutine ne met pas lui-même fin à cette guerre, sa population le fera. « Les Russes ne veulent pas de guerre avec l’Ukraine. Pour le moment, ils ne peuvent pas manifester, mais quand ils auront tout perdu, ils vont tous se lever et Poutine ne pourra rien faire. »  

Désinformation inquiétante  

Actualité modifiée, vidéos falsifiées et manipulation excessive, les médias sociaux sont l’endroit parfait pour se perdre dans cet océan d’information. Autant la Russie que l’Ukraine sont capables de modifier ce qui est présenté au monde entier pour s’avantager. « Il faut se méfier de tout, revérifier et reconfirmer est plus important que jamais », a affirmé l’enseignant en actualité, Éric Arsenault.  

À propos de Mégan Maltais

Grande amatrice de sensations fortes, Megan est toujours à la recherche de la prochaine poussée d’adrénaline qui la fera vibrer. Originaire du petit village d’Hébertville, au Lac-Saint-Jean, la jeune femme de 20 ans a grandi dans un milieu de vie proactif, entouré de forêts et de champs. Au cours de ses études secondaires, Megan est tombée en amour avec la scène : théâtre, improvisation, animation, stand-up humoristique, elle enchaine les spectacles les uns après les autres... la légende raconte qu’elle aurait participé à plus de 60 évènements artistiques! Comique à temps plein, elle adore divertir et créer un environnement joyeux où il fait bon rire, partout où elle va. Assez timide aux premiers abords, lorsqu’elle sort de sa carapace attachez votre tuque avec de la broche, vous découvrirez une jeune femme dégourdie et impliquée qui n’a pas froid aux yeux. Peu importe le sujet, l’heure et la date, Megan vous promet une chose : devenir la meilleure version journalistique d’elle-même, un article à la fois.

À voir aussi

Le bracelet antirapprochement attendu impatiemment

Alors que les 16 premiers bracelets antirapprochements seront utilisés à Québec dans les cas de …