Les produits boréals : une richesse à conserver

202
0
Partagez :

Les produits boréals sont des ingrédients de plus en plus présents dans les alcools québécois. Les différentes distilleries cherchent à recréer des arômes et des goûts connus des gens en utilisant la flore présente sur le territoire. Si cette initiative est appréciée des consommateurs, il ne faudrait cependant pas qu’elle mette en péril les ressources présentes dans la forêt.

Les produits de la flore québécoise sont de plus en plus utilisés dans l’alcool produit ici. (Photo : Athéna Couture)

Selon Joan Wabanonik, coordonnatrice aux activités culturelles à Lac-Simon, la production d’alcool fait avec le « garde-manger » de la province permet aux québécois de découvrir les différentes saveurs présentes dans les épices boréals utilisées depuis déjà très longtemps dans les communautés autochtones. « Les entreprises ne doivent cependant pas abuser des produits boréals et doivent respecter l’utilisation qu’en font les Premières Nations. Nous on en a besoin pour se nourrir et pour pratiquer notre médecine traditionnelle », explique-t-elle.

Le copropriétaire de la Distillerie du Fjord, Benoit Bouchard, mentionne que leur signature boréale se caractérise par leur situation géographique nordique. Il voulait rechercher à travers les plantes de la région le goût que donnent les agrumes ou les épices plus conventionnelles comme l’anis ou la cardamome.

Parcourir la forêt, s’intéresser à la flore et étudier les molécules actives des plantes en laboratoire a permis à la Distillerie du Fjord de faire des parallèles entre des molécules connues des produits conventionnels et ceux que l’on retrouve dans les produits de la forêt boréale.

« Avec notre récolte, on rapporte l’aspect de chasseur-cueilleur. On a engagé des professionnels de la région qui connaissent les produits de la forêt boréale et qui nous permettent d’avoir les quantités nécessaires à production », mentionne M. Bouchard.

Un goût qui peut varier

Avec un jardin comme la forêt, les producteurs ne sont pas à l’abri des changements de température et de saison. Le goût de l’alcool peut parfois varier selon les différentes périodes de l’année. « Les palais avertis pourraient se rendre compte de quelques variantes dans les saveurs. C’est ce qui fait la beauté de la production artisanale », affirme le copropriétaire de la Distillerie du Fjord.

Partagez :