Des soins à distance pour les troubles alimentaires

333
0
Partagez :

Les adolescents aux prises avec un trouble alimentaire peuvent maintenant bénéficier d’un suivi à distance grâce à une nouvelle plateforme virtuelle. La Fondation de ma vie, la Clinique multidisciplinaire de l’adolescence de l’Hôpital de Chicoutimi et le Service régional de Télésoins du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean en ont fait l’annonce jeudi en conférence de presse.

Le projet de Télésoins vise à accompagner les adolescents aux prises avec un trouble du comportement alimentaire. (Photo : Jérémy Trudel)

Ce projet pilote amorcé en 2019 permettra à l’adolescent de faire un suivi continu de son état de santé avec un professionnel tout en restant à la maison. L’objectif ultime est que d’autres hôpitaux du Québec adoptent cette façon de procéder et ainsi aider des patients dans l’ensemble de la province. C’est grâce à un don de 200 000$ de RBC Banque Royale que cette initiative a pu voir le jour.

Responsabilité partagée

Les adolescents aux prises avec un trouble alimentaire ont besoin de beaucoup de soutien pour se sortir de cette situation. Si les responsables du projet sont optimistes que la plateforme virtuelle sera une aide précieuse pour les jeunes, ils tiennent tout de même à rappeler l’importance que les proches ont dans le processus de guérison.

« Les proches doivent être là dans les moments plus difficiles, communiquer leurs inquiétudes avec le jeune et réaliser que c’est un processus qui prend du temps », explique l’infirmière clinicienne Mylène Tapyn-Cyr.

Le projet de télésoins assiste actuellement une dizaine de familles avec un enfant ayant un trouble alimentaire. Les responsables souhaitent que ce nombre augmente rapidement maintenant que le service est lancé.

L’infirmière clinicienne Mylène Tapyn-Cyr travaille de près avec les familles et les adolescents qui entament ce processus. (Photo : La Fondation de ma vie)

Réalité alarmante

Les troubles du comportement alimentaire sont plus fréquents que ce que l’on pourrait croire. Ce problème de santé mentale est le troisième plus commun au Canada chez les jeunes, seulement derrière l’anxiété et la dépression.

Selon les données récoltées en 2016, il est estimé que 3% des Canadiens sont aux prises avec un trouble du comportement alimentaire, et 2,2% des enfants et des adolescents. Selon la pédiatre spécialiste en médecine de l’adolescence à l’Hôpital de Chicoutimi, Johanne Harvey, une étude qui devrait sortir en 2024 pourrait illustrer un portait beaucoup plus préoccupant.

La Fondation de ma vie tenait jeudi matin un conférence de presse pour lancer la plateforme virtuelle. (Photo : Jérémy Trudel)

« On pense que les chiffres seront plus élevés en raison de l’impact de la Covid-19, de l’ensemble des habitudes de vie qui ont changé et de l’accès aux médias sociaux qui sont parfois positifs, mais malheureusement parfois négatifs surtout quand tu es déjà pris avec des préoccupations qui peuvent t’amener vers ce type de maladie », précise Mme Harvey.

Partagez :
Avatar photo