Des Olympiades formatrices au CFP Jonquière

231
0
Partagez :

Les Olympiades québécoises du 8 février au Centre de formation professionnelle (CFP) Jonquière est synonyme de valorisation, d’accomplissement et de fierté, autant pour les enseignants que les participants.

Les Olympiades locales au Centre de formation professionnelle Jonquière du 8 février sont une porte d’entrée aux Olympiades des métiers et des technologies, à Québec, le 11 et 12 mai prochain.
Photo : Laurence Morin

 

« Participer à une compétition dans le cadre des Olympiades permet aux étudiants de se dépasser soi-même. Ce qu’on fait, c’est mettre de l’avant leur carrière : créer, former, propulser des carrières, une compétence à la fois. On est fier de permettre ça », affirme le directeur adjoint du Centre de formation professionnelle Jonquière, Martin Lavoie.

Pâtisserie, boucherie, cuisine, plomberie et chauffage, charpenterie-menuiserie, électricité, mécanique industrielle, électromécanique, peinture en bâtiment et réfrigération, sont les 11 métiers sur lesquels les 30 compétiteurs ont pu œuvrer devant les juges issus du marché du travail.

Dans la compétition pour le domaine pâtisserie, les juges devaient s’entendre sur le gâteau avec le meilleur goût.
Photo : Laurence Morin

 

Les gagnants se rendront aux Olympiades québécoises des métiers et des technologies du 10 au 13 mai prochain, au Centre de Foire de Québec. Pour plusieurs, se lancer dans le défi est une expérience hors du commun qui est remplie d’apprentissages. « C’est la plus belle expérience à vivre. Ça renforce leur confiance en eux-mêmes et encore plus s’ils ont la chance de se rendre aux Olympiades québécoises. Pour y avoir participé, c’est grandiose et ça vaut la peine de s’essayer pour le vivre », mentionne un retraité de l’enseignement en mécanique industrielle et juge, Réjean Gignac.

Une belle formation pour le marché du travail

Selon un enseignant en plomberie et chauffage, Sébastien Néron, c’est très formateur pour le marché du travail. « La différence c’est que demain ces huit étudiants devant moi vont être meilleurs dans leur domaine. Aux Olympiades, ils se mettent dans une situation inconfortable et un niveau de pression élevée. Ils se prouvent à eux-mêmes, c’est une grosse influence, une belle vitrine pour entrer sur le marché », exprime-t-il.

Les étudiants en plomberie et chauffage avaient 5h pour effectuer l’épreuve.
Photo : Laurence Morin

 

Selon un entraîneur à la compétition de cuisine, Louis Normand, participer aux Olympiades locales est bien plus qu’une compétition. « C’est une façon de faire des échanges, rencontrer des experts dans la discipline pour leur futur parcours professionnel. Ce n’est pas seulement une compétition, ce n’est pas juste pour la victoire, ils vont tous acquérir de nouvelles compétences », lance-t-il.

« Une pouponnière de futurs employés »

Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, les Olympiades locales permettent le recrutement pour le marché du travail. « Il y a des représentants du monde du travail qui viennent nous visiter, parce qu’évidemment ils sont très intéressés sachant la pénurie de main-d’œuvre actuelle. Ils peuvent recruter, on est donc une pouponnière de futurs employés », insiste M. Lavoie.

La cérémonie de remise des médailles aura lieu demain à 14h, au Centre de formation professionnelle Jonquière / Photo : Laurence Morin

Partagez :