900 foyers alimentés au gaz naturel renouvelable à Saguenay

Partagez :

Énergir s’assure que le gaz réponde aux normes (bâtiment à gauche) alors que Waga Energy produit le gaz naturel renouvelable (bâtiment de droite). (Photo : Abraham Santerre)

Depuis décembre, Énergir distribue dans son réseau de Saguenay du gaz naturel renouvelable (GNR) produit par Waga Energy à l’ancien site d’enfouissement de Matrec dans l’arrondissement de Chicoutimi. L’opération permet de fournir environ 900 foyers tout en utilisant le méthane afin d’éviter une émission de gaz à effet de serre 25 fois plus importante que du dioxyde de carbone. 

« On vire ici à 200 mètres cubes de GNR par heure. Ça représente environ 900 foyers, 1,6 million de mètres cubes dans l’année », a affirmé le technicien sénior en instrumentation d’Énergir rencontré sur les lieux, Alexandre Harvey. Il a mis en place les installations pour amorcer le projet depuis l’automne dernier.

« Pour les années à venir, produire du gaz naturel renouvelable est important pour Énergir », a mentionné le chef de groupe relève au Saguenay-Lac-Saint-Jean pour Énergir, Yohan Bergeron. Dans la région, le GNR n’est produit qu’à cet endroit, mais un projet à Héberville pourrait voir le jour. Au Québec, ce gaz représente 2 % des volumes actuels du réseau d’Énergir. Quant à la majorité, il s’agit de gaz fossile provenant de l’Ouest canadien et d’autres partenaires de l’entreprise.

Waga Energy transforme le gaz issu des déchets en biométhane et l’envoie ensuite à Énergir. À Chicoutimi, le site a assez de biométhane à récupérer pour les dix prochaines années. « On analyse le gaz pour s’assurer qu’il répond aux normes. Ensuite, s’il est bon, on le met dans notre réseau », a expliqué M. Bergeron. L’objectif d’Énergir est que son réseau atteigne 10 % de GNR d’ici 2030.

L’entreprise est consciente que l’utilisation de gaz diminue et c’est pour cette raison qu’elle amène des solutions écologiques. De plus, elle mentionne que certaines grandes entreprises ayant d’importants besoins énergétiques feront toujours appel au gaz naturel pour opérer.

Énergir pourrait être appelé à Laterrière

 La torchère de l’ancien site d’enfouissement de Laterrière a été rallumée en décembre. Pour le moment, le méthane est brûlé afin d’éviter une quantité importante de gaz à effet de serre. « Maintenant, il y a peut-être une possibilité d’aller voir si l’on pourrait récupérer ce gaz et l’injecter dans le réseau d’Énergir », a soulevé le conseiller de la Ville de Saguenay, Jimmy Bouchard.

« On regarde actuellement avec Terreau Biogaz, notre opérateur sur le site, mais il faut voir la quantité de gaz, sa qualité et ce que ça pourrait coûter de l’injecter, mais la possibilité n’est pas exclue encore », a expliqué celui qui est aussi président de la Commission du développement durable et de l’environnement.

Utiliser les bacs bruns ? 

Sur le site Web d’Énergir, il est écrit que « les déchets organiques sont une matière première extraordinaire pour produire du gaz naturel renouvelable ». Utiliser les bacs bruns à Saguenay n’est pas une possibilité.

« Après une première année d’analyse, on a récolté aux alentours de 8800 tonnes de matière organique, a mentionné M. Bouchard. C’est quand même très bien, mais je ne suis pas certain que ce tonnage-là serait en mesure de justifier une usine de biométhanisation. »

Yohan Bergeron est également incertain qu’avec les quantités récoltées actuellement, il soit possible de créer une usine uniquement pour transformer nos bacs bruns en gaz naturel renouvelable.

Partagez :
Avatar photo